Traitement des eaux usées : un impératif de santé publique mondiale, rappelle l’ONU

Des toilettes rénovées dans une école d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, avec l’aide de l’ONUCI. (archive). Photo: ONU/Patricia Esteve

Des toilettes rénovées dans une école d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, avec l’aide de l’ONUCI. (archive). Photo: ONU/Patricia Esteve

19 novembre 2017 – A l’occasion de la Journée mondiale des toilettes 2017 (19 novembre), l’ONU attire l’attention sur le problème des eaux usées et les différents moyens de les réduire ebt les réutiliser.

Pour plusieurs milliards de personnes dans le monde, l’assainissement demeure inexistant ou inefficace. Le manque et le dysfonctionnement des systèmes d’assainissement font que les excréments humains de milliards de personnes sont rejetés dans l’environnement sans avoir été traités et propagent des maladies mortelles, compromettant gravement les avancées sanitaires et l’amélioration du taux de survie des enfants. La suite

Méditerranée : face aux défis sécuritaires, l’ONU appelle à s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité

17 novembre 2017 – Face aux défis sécuritaires que rencontrent les pays de la Méditerranée, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé vendredi les Etats à s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité qui frappe la région au carrefour de l’Afrique, de l’Europe et du Moyen-Orient.

Un navire des garde-côtes italiens arrive à Lampedusa après avoir secouru des naufragés en Méditerranée. Photo: UNHCR/F. Noy

Un navire des garde-côtes italiens arrive à Lampedusa après avoir secouru des naufragés en Méditerranée. Photo: UNHCR/F. Noy

« Aujourd’hui, la région méditerranéenne est confrontée à de sérieux défis sur plusieurs fronts », a déclaré M. Guterres lors d’une réunion du Conseil de sécurité présidée par le Ministre des affaires étrangères de l’Italie, Angelino Alfano.

Commerce illicite de narcotiques, d’armes et de pétrole, larges mouvements de réfugiés et de migrants à la merci de passeurs et de trafiquants, piraterie maritime, violation des droits de l’homme, violences contre les femmes, dégradation de l’environnement, tensions politiques et sociales, terrorisme, utilisation d’armes chimiques, crises alimentaires. Le Secrétaire général a énuméré devant le Conseil les nombreux maux qui frappent les pays bordant la Mer Méditerranée.

« La mer Méditerranée fournit d’immenses ressources économiques », a fait remarquer M. Guterres, citant les hydrocarbures, les stocks halieutiques et les routes commerciales. « Cependant, ses avantages dépendent de la stabilité et de la coopération ».

Instabilité en Libye et au Sahel, conflit en Syrie, réalisation d’une solution de deux Etats israélien et palestinien, contrôle des frontières en Egypte, division à Chypre. Pour le chef de l’ONU, la situation actuelle en Méditerranée montre que la paix et la sécurité sont inséparables du progrès démocratique, économique et social, et de la promotion du genre, de la jeunesse, des minorités et des droits de l’homme. L a suite

La conférence climat de Bonn, tremplin pour de plus hautes ambitions : communiqué onu changements climatiques / 18 nov, 2017

Dynamique de nouveaux engagements financiers sur l’assurance et les forêts pour intensifier l’action des gouvernements, villes et entreprises

ONU Changements Climatiques Infos, 18 nov. 2017 – Les pays se sont mis d’accord aujourd’hui pour mettre en œuvre les prochaines étapes en vue d’une plus grande ambition en matière d’action climatique avant 2020, à l’issue de la conférence annuelle de l’ONU sur le climat qui s’est tenue dans la ville allemande de Bonn.

Soutenus par toute une série de mesures concrètes de gouvernements, villes, États, régions, entreprises et société civile, les délégués de plus de 190 pays se sont entendus sur un engagement portant sur une période de 12 mois focalisé sur : « Où sommes-nous ? Où voulons-nous aller ? Et comment y arriver ? »

Le « Dialogue Talanoa », inspiré par le concept Pacifique de discussion constructive, de débat et de narration, préparera le terrain pour la COP24 en Pologne en 2018. Ce dialogue de facilitation permettra de dresser un bilan mondial des plans d’actions climatiques nationaux afin de mettre le monde sur la bonne voie pour concrétiser l’ambition pré-2020, ainsi que les objectifs à long terme de l’Accord de Paris, conclut il y a deux ans.

Consulter l’intégralité du communiqué

19 novembre 2017 – A l’occasion de la Journée mondiale des toilettes 2017 (19 novembre), l’ONU attire l’attention sur le problème des eaux usées et les différents moyens de les réduire ebt les réutiliser. Pour plusieurs milliards de personnes dans le monde, l’assainissement demeure inexistant ou inefficace. Le manque et le dysfonctionnement des systèmes d’assainissement font que les excréments humains de milliards de personnes sont rejetés dans l’environnement sans avoir été traités et propagent des maladies mortelles, compromettant gravement les avancées sanitaires et l’amélioration du taux de survie des enfants. La suite

un sg antonio guterres cop23 bonn germany 201716 novembre 2017 – S’adressant à la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP23) à Bonn, en Allemagne, ce mercredi, le Secrétaire général António Guterres a déclaré aux représentants de près de 200 pays qu’un passage à des énergies moins polluantes pourrait stimuler la croissance économique plutôt que l’entraver.

Le Secrétaire général a exhorté à faire preuve de plus d’ambition, de plus de leadership et de plus de partenariats pour lutter efficacement contre le changement climatique. « Le changement climatique est la menace déterminante de notre temps. Notre devoir les uns les autres et envers les générations futures est de relever l’ambition », a déclaré M. Guterres lors de l’ouverture de la COP23 dans le cadre du débat de haut niveau, auquel assistaient également les chefs d’État et de gouvernement, dont le président français Emmanuel Macron, le président allemand Frank-Walter Steinmeier, la chancelière allemande Angela Merkel, et le Premier ministre de Fidji, Frank Bainimarama, qui est également le président de la COP23. La suite

BONN : la Conférence de l’ONU s’achève sur la nécessité d’une plus grande ambition dans la lutte contre le changement climatique

Des enfants participant à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Bonn (COP 23), en Allemagne. Photo: CCNUCC

Des enfants participant à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Bonn (COP 23), en Allemagne. Photo: CCNUCC

17 novembre 2017 – Dans un contexte d’aggravation du réchauffement planétaire, la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP23) prenait fin vendredi à Bonn, en Allemagne, avec un sentiment d’urgence renouvelé et de la nécessité d’une plus grande ambition pour lutter contre le changement climatique.

Les participants se sont concentrés sur le maintien de la dynamique créée il y a deux ans par l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat, alors que les Etats-Unis ont annoncé il y a plusieurs mois leur retrait de cet accord. Villes et gouvernements locaux du monde entier, notamment américains, ont accru leur présence.

La Conférence, qui s’est déroulée du 6 novembre au 17 novembre, était présidée par Fidji, un État insulaire particulièrement touché par les effets du changement climatique. La Présidence fidjienne a annoncé un accord sur un plan d’action sur le genre, qui reconnaît le rôle des femmes dans l’action climatique.

Au-delà des négociations proprement dites entre les pays, de nombreuses initiatives, engagements et partenariats ont été annoncés par des acteurs étatiques et non étatiques dans les domaines de l’énergie, de l’eau, de l’agriculture, des océans, des établissements humains, des transports, de l’industrie et des forêts. La finance climatique et la résilience climatique ont également été au centre des discussions. La suite

La jeunesse prépare la prochaine conférence Union africaine – Union européenne

u reporters show slogans for African Voices16 novembre 2017 – Une sonnerie de téléphone portable résonne dans les haut-parleurs de l’espace évènementiel « The Office », rue d’Arlon, à Bruxelles. Soudain Keora et Thato, deux enfants africains, montent sur scène et commencent une conversation téléphonique. « As-tu entendu parler du 5èmesommet Union africaine – Union européenne ? », demande Keora. « Oui, et j’espère que tout le monde dans la salle se souvient d’y participer… parce que certains d’entre eux sont un peu vieux », répond Thato enthousiaste.

Keora et Thato sont une métaphore pour le sommet à venir, qui se concentrera sur l’investissement dans la jeunesse pour un avenir durable. En amont de ce sommet, l’Unicef et le Service de l’Union européenne à la protection civile et opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO), ont organisé une rencontre pour encourager les jeunes Africains à s’exprimer sur l’importance de l’éducation pour leur avenir. La suite

A Londres, le chef de l’ONU rappelle que la lutte contre le terrorisme ne doit pas se faire au détriment des droits de l’homme

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, donne une conférence à l’École des études orientales et africaines (SOAS) de l’Université de Londres. Photo: Capture d’écran vidéo

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, donne une conférence à l’École des études orientales et africaines (SOAS) de l’Université de Londres. Photo: Capture d’écran vidéo

16 novembre 2017 – En déplacement dans la capitale britannique, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a souligné jeudi que l’éradication de la « menace sans précédent » du terrorisme ne doit pas se faire aux dépens des droits de l’homme.

« Rien ne justifie le terrorisme, aucune raison, aucun grief. Rien ne peut excuser de cibler aveuglement des civils, de détruire des vies et de créer de la panique comme une fin en soi », a déclaré M. Guterres lors d’une intervention à la School of Oriental and African Studies (SOAS) de l’Université de Londres.

En 2016, 11.000 attaques terroristes se sont produites dans plus de 100 pays. Elles ont tué plus de 25.000 personnes et blessé plus de 33.000 individus.

Devant les étudiants de la SOAS, le Secrétaire général a déclaré que le terrorisme représente essentiellement « le déni et la destruction des droits de l’homme », tout en soulignant que « la lutte contre le terrorisme ne réussira jamais en perpétuant le même déni et la même destruction ».

« Nous devons lutter sans relâche contre le terrorisme pour protéger les droits de l’homme », a dit M. Guterres. « Et en même temps, quand nous protégeons les droits de l’homme, nous nous attaquons aux causes profondes de terrorisme », a-t-il ajouté, soulignant que les droits de l’homme ont le pouvoir de rassembler les hommes beaucoup « plus fort que le pouvoir de division du terrorisme ». Voir l’image sur Twitter

La suite

BONN : l’ingénierie climatique est risquée mais doit être explorée, selon des experts

16 novembre 2017 – L’ingénierie climatique, ou intervention climatique, est risquée mais doit être explorée comme un complément, et non comme un programme de substitution, à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, ont déclaré des experts à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 23) à Bonn, en Allemagne.

Photo Banque mondiale/Boris Rumenov Balabanov (archives)

Photo Banque mondiale/Boris Rumenov Balabanov (archives)

L’ingénierie climatique, également appelée géo-ingénierie, est l’intervention délibérée et à grande échelle dans le système climatique avec des mesures incluant l’élimination du dioxyde de carbone de l’atmosphère ou la gestion du rayonnement solaire.

« Nous pouvons faire beaucoup, nous devons faire beaucoup d’efforts pour réduire nos émissions, mais il restera certaines émissions, surtout dans le secteur de l’utilisation des terres, qui ne vont pas disparaître et nous devons donc inévitablement commencer à discuter de cette élimination des gaz à effet de serre », a déclaré Matthias Honegger, chercheur à l’Institut de recherche sur la durabilité (Institute for advanced sustainability studies), lors d’une conférence de presse.

Différentes approches sont actuellement discutées. Certaines d’entre elles existent déjà, comme la plantation d’arbres. D’autres idées incluent par exemple la dispersion de certains minéraux dans les océans pour améliorer la croissance des algues qui, en coulant au fond des océans, créeraient un flux net de carbone de l’atmosphère vers les océans. La suite

La faim augmente en Afrique en raison des conflits et du changement climatique, selon la FAO

16 novembre 2017 – Le nombre de personnes souffrant de sous-alimentation chronique a augmenté en Afrique, a indiqué jeudi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) lors d’une réunion organisée conjointement avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Abidjan.

En République centrafricaine, la malnutrition touche 41% des enfants âgés de moins de 5 ans. (archive) Photo: PAM/Bruno Djoye

En République centrafricaine, la malnutrition touche 41% des enfants âgés de moins de 5 ans. (archive) Photo: PAM/Bruno Djoye

Des conditions climatiques défavorables, la lenteur de l’économie mondiale et les conflits sont les principales causes de l’insécurité alimentaire en Afrique, souligne la FAO dans un rapport publié lors d’une réunion des deux organisations onusiennes consacrée aux systèmes alimentaires durables qui se tient dans la métropole ivoirienne jusqu’à vendredi. 

Selon le rapport ‘Vue d’ensemble régionale de la sécurité alimentaire et la nutrition en Afrique en 2017’, la prévalence des cas de sous-alimentation chronique est passé de 20,8% en 2015 à 22,7% en 2016. La suite

BONN : le chef de l’ONU appelle à davantage d’ambition, de leadership et de partenariats sur le climat

15 novembre 2017 – S’exprimant à la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP 23) mercredi à Bonn, en Allemagne, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé à plus d’ambition, plus de leadership et plus de partenariats pour lutter contre le changement climatique.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP 23) à Bonn, en Allemagne. Photo: capture d’écran

« Notre devoir – les uns envers les autres et envers les générations futures – est d’être plus ambitieux », a déclaré M. Guterres à l’ouverture du segment de haut niveau de la COP 23, auquel participaient également des chefs d’Etat et de gouvernement, dont le Président allemand Frank-Walter Steinmeier, la Chancelière allemande, Angela Merkel, le Président français, Emmanuel Macron, et le Premier ministre de Fidji, Frank Bainimarana, qui est également le Président de la COP 23.

« Nous devons faire plus dans cinq domaines d’action : les émissions, l’adaptation, le financement, les partenariats et le leadership », a ajouté le Secrétaire général.

La Conférence de Bonn, qui s’est ouverte le 6 novembre 2017, intervient un an après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris sur le climat.

170 Parties ont désormais ratifié l’Accord de Paris

Cet accord, qui a été adopté par les 196 Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en décembre 2015, appelle les pays à limiter la hausse des températures mondiales en-dessous de 2 degrés Celsius et à s’efforcer de ne pas dépasser 1,5 degré Celsius. Aujourd’hui, 170 Parties ont ratifié ce traité.

Continuer la lecture