La santé est une question de droits, affirme le nouveau chef de l’OMS

Infographie représentant les thèmes relatifs à l'objectif de développement durable établi par les Nations Unies et concernant la santé et le bien-être

24 mai 2017 – Le Directeur général élu de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exposé mercredi ses priorités aux journalistes à Genève lors d’une conférence de presse, soulignant notamment la nécessité pour les États membres de fournir des soins de santé à tous et de mettre en oeuvre des règlements sanitaires internationaux.

Le Dr. Tedros remplace le Dr. Margaret Chan qui a dirigé l’agence onusienne ces 10 dernières années.

Il a expliqué qu’en Éthiopie, il est d’usage d’utiliser le premier prénom, et il a suggéré que ce serait la meilleure façon de parler de lui et de s’adresser à lui.

Répondre aux défis qui l’attendent pourrait être plus compliqué, puisque comme l’a déclaré le Dr. Tedros la raison première pour laquelle l’OMS a été créée il y a près de 70 ans reste vraie aujourd’hui : fournir un accès à des soins de santé pour tous. La suite

قمة العمل الإنساني وعمل مستمر للانطلاق نحو مستقبل أفضل للبشرية

وكيل الأمين العام للشؤون الإنسانية ستيفن أوبراين. Photo: UN News

2017/5/24 — في الثاني والعشرين والثالث والعشرين من مايو/ أيار عام 2016، عقدت الأمم المتحدة القمة العالمية الأولى للعمل الإنساني في مدينة إسطنبول التركية. كانت القمة محاولة لإحداث تحول حقيقي في أسلوب العمل الإنساني من خلال ربطه بشكل أفضل بالتنمية، وتأمين وسائل التمويل المستدام، وبذل الجهود المشتركة بين مختلف الأطراف المعنية لتحقيق أهداف أجندة العمل الإنساني.

في الذكرى الأولى لانعقاد القمة، التقينا وكيل الأمين العام للشؤون الإنسانية ستيفن أوبراين لنستعرض ما الذي تحقق خلال العام الماضي وما يتعين فعله في المستقبل.

أخبار الأمم المتحدة: بعد مرور عام على قمة العمل الإنساني الأولى التي عقدت في إسطنبول، ما الذي تحقق وتغير على الأرض؟

ستيفن أوبراين: قبل اثني عشر شهرا اجتمعنا في إسطنبول في قمة العمل الإنساني الأولى التي جمعنا فيها كل المعنيين والمهتمين بتحسين تقديم الدعم الإنساني لإخواننا من البشر الذين يعانون من صراعات لا ذنب لهم فيها. كان لدينا 9000 شخص مسجل للمشاركة في القمة، من 180 دولة، وشاركت شخصيات رفيعة المستوى، Continuer la lecture

Les conflits menacent la vie de plus de 24 millions d’enfants au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, selon l’UNICEF

Un garçon souffrant de malnutrition sévère à l’hôpital Al-Thawra, Hodeidah, au Yémen. Photo: UNICEF / Abdoo Al-Karim

Un garçon souffrant de malnutrition sévère à l’hôpital Al-Thawra, Hodeidah, au Yémen. Photo: UNICEF / Abdoo Al-Karim

24 mai 2017 – La violence et les conflits au Moyen-Orient et en Afrique du Nord compromettent la santé de 24 millions d’enfants au Yémen, en Syrie, dans la bande de Gaza, en Iraq, en Libye et au Soudan, a souligné mercredi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Les dommages causés aux infrastructures de santé privent les enfants de soins de santé essentiels. Les services d’eau et d’assainissement ont été endommagés, ce qui entraîne la propagation de maladies transmises par l’eau, tandis que les soins de santé préventifs et les aliments nutritifs sont insuffisants pour répondre aux besoins des enfants. La suite

Journée des Casques bleus : le chef de l’ONU appelle à continuer à investir dans la paix

Le Secrétaire général António Guterres (à droite) dépose une couronne de fleurs en l’honneur de tous les Casques bleus qui ont perdu la vie au service de l’ONU. Photo ONU/Mark Garten

Le Secrétaire général António Guterres (à droite) dépose une couronne de fleurs en l’honneur de tous les Casques bleus qui ont perdu la vie au service de l’ONU. Photo ONU/Mark Garten

24 mai 2017 – Les Nations Unies ont célébré mercredi la Journée internationale des Casques bleus, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, rendant hommage au personnel civil, policier et militaire des opérations de maintien de la paix pour leur contribution inestimable au travail de l’ONU.

« Chaque jour, les Casques bleus aident à instaurer la paix et la stabilité dans des sociétés déchirées par la guerre partout dans le monde », a rappelé M. Guterres dans un message vidéo diffusé à l’occasion de cette Journée qui est officiellement célébrée le 29 mai.

Plus de 124.000 militaires, policiers et civils sont actuellement déployés dans 16 opérations de maintien de la paix de l’ONU sur quatre continents. La suite

 

Le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, de l’Ethiopie, élu nouveau Directeur général de l’OMS

23 mai 2017 – La 70e Assemblée mondiale de la Santé réunie à Genève a élu mardi le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus au poste de Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

A l’issue de trois tours de scrutin, les Etats membres de l’OMS ont élu le candidat proposé par l’Éthiopie. Les autres candidats au poste de chef de l’OMS étaient le Dr. David Nabarro, du Royaume-Uni, et le Dr. Sania Nishtar, du Pakistan.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a félicité le Dr. Tedros pour son élection. « Votre leadership à la tête de l’OMS sera crucial pour garantir des vies saines et promouvoir le bien-être pour tous à tous les âges », a déclaré le chef de l’ONU dans un message posté sur son compte Twitter.

Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS élu (au centre), avec Dr. Veronika Skvortsova, Présidente de la 70ème Assemblée mondiale de la santé (à gauche) et Dr. Margaret Chan, Directrice générale sortante de l’OMS. Photo OMS/L. Cipriano

Agé de 52 ans, le Dr. Tedros est Docteur en santé communautaire de formation. Avant d’être élu Directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros a été membre du gouvernement éthiopien en qualité de Ministre de la santé de 2005 à 2012 et de Ministre des affaires étrangères de 2012 à 2016. Il a été également Président du Conseil du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme; Président du Conseil du partenariat Faire reculer le paludisme et Co-président du Conseil du partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant.

En tant que Ministre de la santé de l’Ethiopie, le Dr. Tedros a dirigé la réforme complète du système de santé de son pays, développant des infrastructures sanitaires avec la création de 3.500 centres de santé et de 16.000 postes de santé. Il a augmenté les effectifs des personnels soignants avec 38.000 agents de vulgarisation sanitaire et a initié des mécanismes de développement pour étendre la couverture de l’assurance-maladie.

Continuer la lecture

L’efficacité des opérations de maintien de la paix requiert des moyens adéquats et un soutien politique appuyé, selon l’ONU

23 mai 2017 – Intervenant devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a souligné mardi la nécessité d’assurer aux Casques bleus « les meilleures conditions possibles pour qu’ils puissent s’acquitter de leur mandat, y compris protéger les populations ».

Un casque et des gilets de protection de Casques bleus. Photo ONU/Marie Frechon

Une question qui arrive à point nommé, selon le chef du maintien de la paix, « au moment où nous intensifions nos efforts pour rendre nos opérations plus efficaces et plus économiques, en suivant les directives données par le Secrétaire général ».

Plusieurs commandants de forces militaires des opérations de maintien de la paix ont souligné aux membres du Conseil les complexités inhérentes à la conduite de leurs missions et qui doivent être prises en comptes dans la définition et redéfinition des mandats ainsi que dans l’allocation des financements.

Le général de corps d’armée Derick Mbuyiselo Mgwebi, Commandant de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), a ainsi rappelé que sa mission la plus importante en taille opère dans un pays dont la surface très étendue est comparable à celle de l’Europe occidentale. La taille de la RDC, a-t-il dit, complique fortement le déploiement des troupes sur le théâtre des opérations, à plus forte raison qu’il n’existe pas de routes fiables pour se déplacer d’un bout à l’autre de la RDC.

Continuer la lecture

Un an après le Sommet mondial humanitaire, l’appel à agir est plus urgent que jamais, selon l’ONU

23 mai 2017 – Un an après le Sommet mondial humanitaire qui s’est tenu à Istanbul, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à maintenir la dynamique pour faire progresser l’Agenda pour l’humanité et obtenir de meilleurs résultats pour aider les personnes vulnérables face aux crises.

« Aujourd’hui, l’appel à l’action énoncé dans l’Agenda pour l’humanité reste plus urgent que jamais », a déclaré M. Guterres dans un message.

Le Secrétaire général adjoint, Stephen O’Brien, lors d’une visite en 2016 dans un camp à Saint Sauveur en République centrafricaine. Photo MINUSCA/Nektarios Markogiannis

 

« Les crises humanitaires causent des souffrances et des déplacements humains à une échelle sans précédent. Les conflits brutaux et violents font d’innombrables vies. Les risques naturels et les conditions météorologiques extrêmes, la pauvreté et les inégalités structurelles, produisant un cercle vicieux de risque et de fragilité », a rappelé le Secrétaire général. « Ces crises nous empêchent de progresser vers notre objectif commun d’un monde pacifique et prospère pour tous ».

M. Guterres a réaffirmé que la prévention des souffrances humaines demeure sa principale priorité en tant que Secrétaire général. « Nous ne pouvons pas atteindre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 sans redoubler d’efforts pour atteindre ceux qui sont le plus laissés pour compte : les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur du pays, les femmes et les filles, les enfants et toutes les personnes dont la vie a été bouleversée par des conflits ou des catastrophes », a dit le chef de l’ONU. « Toutes les personnes devraient avoir accès à l’aide humanitaire et à la protection en cas de besoin et avoir l’opportunité de s’épanouir à long terme ».

Continuer la lecture

Le nombre d’enfants réfugiés et migrants voyageant seuls multiplié par cinq depuis 2010 – UNICEF

NEW YORK, le 17 mai 2017 – Le nombre d’enfants réfugiés et migrants se déplaçant seuls a atteint un niveau historique dans le monde. D’après un nouveau rapport de l’UNICEF publié aujourd’hui, ce nombre a presque quintuplé depuis 2010. Au moins 300 000 enfants non accompagnés et séparés ont été enregistrés dans environ 80 pays en 2015 et 2016, contre 66 000 en 2010 et 2011.

Le rapport Un enfant est un enfant : Protéger les enfants en déplacement contre la violence, la maltraitance et l’exploitation présente un aperçu de la situation des enfants réfugiés et migrants dans le monde, de ce qui motive leur départ et des risques auxquels ils sont exposés en route. D’après ce rapport, un nombre croissant d’enfants emprunte des chemins extrêmement dangereux pour rejoindre leur destination et se retrouvent souvent à la merci des passeurs et des trafiquants. Il est donc clair qu’un système de protection est nécessaire à l’échelle mondiale pour les protéger de l’exploitation, des sévices et de la mort. Continuer la lecture

ENTRETIEN : « Nos Casques bleus sauvent des vies tous les jours » – le chef du maintien de la paix

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix. Photo MINUSMA/Sylvain Liechti

22 mai 2017 – Alors que les opérations de paix des Nations Unies se déroulent dans des environnements très complexes et sont confrontées à de multiples défis, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné récemment la nécessité d’adapter le maintien de la paix à « notre monde en mutation ».

« Les opérations de paix sont à la croisée des chemins. Notre tâche est de faire en sorte qu’elles restent pertinentes avec des mandats clairs et réalisables, ainsi que des stratégies et un soutien adéquats », a déclaré le chef de l’ONU lors d’une réunion du Conseil de sécurité le mois dernier sur la question du maintien de la paix. Il a également demandé aux 193 membres de l’Assemblée générale un soutien politique et aux pays fournisseurs de troupes et de policiers du personnel professionnel et engagé.

C’est dans ce contexte que Jean-Pierre Lacroix a pris ses fonctions de Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix début d’avril, en remplacement d’Hervé Ladsous, qui a occupé le poste pendant cinq ans et demi. Ce ressortissant français, qui a plus de 25 ans d’expérience politique et diplomatique, supervise 16 opérations de maintien de la paix des Nations Unies déployées sur quatre continents. La suite