La Commission de consolidation de la paix de l’ONU devrait renforcer ses actions régionales, selon deux hauts responsables

Le Conseil de sécurité lors d’une réunion sur les travaux de la Commission de consolidation de la paix. Photo ONU/Evan Schneider

Le Conseil de sécurité lors d’une réunion sur les travaux de la Commission de consolidation de la paix. Photo ONU/Evan Schneider

22 juin 2016 – La Commission de consolidation de la paix (CCP) doit diversifier et rendre plus souples ses méthodes de travail, renforcer ses actions régionales et thématiques et faciliter la cohérence de l’action internationale, ont plaidé mercredi l’actuel et l’ancien président de cet organe des Nations Unies, Macharia Kamau (Kenya) et Olof Skoog (Suède), devant le Conseil de sécurité.

Cette réunion du Conseil de sécurité avec la Commission était la première depuis l’adoption, en avril dernier, par le Conseil et l’Assemblée générale, de résolutions relatives à l’examen de l’architecture de la consolidation de la paix au sein des Nations Unies. Lire la suite

Pacte mondial : Ban Ki-moon appelle les entreprises à saisir les opportunités du développement durable

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (au centre) lors d’une réunion du conseil d’administration du Pacte mondial des Nations Unies. Photo ONU/Mark Garten

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (au centre) lors d’une réunion du conseil d’administration du Pacte mondial des Nations Unies. Photo ONU/Mark Garten

22 juin 2016 – A l’ouverture du Sommet annuel des dirigeants du Pacte mondial, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé mercredi les entreprises et le secteur privé à aligner leurs décisions en matière d’investissements et d’infrastructures sur les objectifs de développement durable (ODD).

« L’adoption l’an dernier du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de l’Accord historique de Paris sur le climat a envoyé un message haut et fort : nous ne pouvons plus continuer dans cette voie », a déclaré M. Ban dans son discours d’ouverture du Sommet, qui a lieu au siège de l’ONU, à New York, en présence de leaders du secteur privé.

Le Pacte mondial (ou ‘Global Compact’ en anglais) est une initiative des Nations Unies lancée en 2000, qui vise à inciter les entreprises du monde entier à adopter une attitude socialement responsable et à promouvoir les objectifs de l’ONU. Le thème de cette édition 2016 du Sommet des dirigeants du Pacte mondial est : ‘Faire des objectifs mondiaux une affaire locale’. Pour plus d’information

Journée des réfugiés : l’ONU lance un appel à la solidarité collective

20 juin 2016 – A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, célébrée chaque année 20 juin, des hauts responsables des Nations Unies ont appelé lundi la communauté internationale à agir collectivement et dans un esprit de solidarité face aux dizaines de millions de personnes déracinées dans le monde.

Une situation sans précédent

« Les déplacements forcés ont atteint des niveaux sans précédent », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dans un message rendu public pour la Journée.

Selon le rapport statistique annuel du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) sur les Tendances mondiales, pour la première fois dans l’histoire, le seuil des 60 millions de déplacements forcés a été franchi. Cette étude, qui se base sur des données statistiques transmises par les gouvernements et les organisations partenaires du HCR, indique en effet qu’environ 65,3 millions de personnes étaient déracinées à la fin 2015, par rapport à 59,5 millions en 2014.

« Les conflits nouveaux et récurrents, et des formes de plus en plus inquiétantes de violence et de persécution, conduisent les gens à fuir en quête de sécurité dans leur propre pays ou à franchir les frontières internationales en tant que demandeurs d’asile ou réfugiés », a expliqué M. Ban.

Selon le rapport du HCR, sur les 65,3 millions de personnes déracinées, 21,3 millions sont des réfugiés (1,8 million de plus qu’en 2014), 3,2 millions sont des demandeurs d’asile dans les pays industrialisés en attente d’une décision et 40,8 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur de leur propre pays (2,6 millions de plus qu’en 2014, soit le plus grand nombre jamais enregistré).

Au Yémen, des enfants déplacés devant leur tente dans le camp de Darwin après que leur famille a fui les affrontements dans la province de Saada. Photo UNHCR/Yahya Arhab

Au Yémen, des enfants déplacés devant leur tente dans le camp de Darwin après que leur famille a fui les affrontements dans la province de Saada. Photo UNHCR/Yahya Arhab

Lire la suite

L’ONU s’efforce d’améliorer la coordination pour répondre aux crises sanitaires mondiales

20 juin 2016 – Lors d’une réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée aux crises sanitaires mondiales, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a insisté lundi sur la mise en œuvre de mesures destinées à mieux se préparer et à mieux répondre à ces crises à l’avenir.

Le 9 février 2016, le Groupe de haut niveau sur la réponse mondiale aux crises sanitaires, présidé par l’ancien Président de Tanzanie, Jakaya Mrisho Kikwete, a présenté un rapport contenant 27 recommandations, insistant notamment sur la nécessité d’une recherche innovante et de financements adéquats.

« Le Groupe nous a donné des recommandations concrètes et raisonnables qui tracent une voie claire sur la façon dont les communautés, les nations et le système international peuvent mieux se préparer et répondre aux crises sanitaires à l’avenir », a souligné M. Ban.

Il ajouté qu’il avait l’intention de s’impliquer pleinement dans la mise en œuvre de ces recommandations et qu’à cet égard il avait établi un groupe de travail pour coordonner les efforts dans ce domaine.

Un centre de recherche au Brésil procède à des tests pour diagnostiquer la présence du virus Zika dans des échantillons de sang de femmes enceintes. Photo OMS/PAHO

Un centre de recherche au Brésil procède à des tests pour diagnostiquer la présence du virus Zika dans des échantillons de sang de femmes enceintes. Photo OMS/PAHO

Lire la suite

VIH: l’OMS préqualifie deux nouveaux tests de dépistage chez les nourrissons

L’Organisation mondiale de la santé vient de préqualifier deux nouvelles technologies de pointe pour le dépistage du VIH chez les nourrissons, des méthodes qui devraient permettre de faire des diagnostiques plus rapidement et de placer les nourrissons plus rapidement sous traitement. En effet, selon les estimations de l’OMS, en 2015, sur 1,2 million d’enfants nés d’une mère séropositive, seulement la moitié avaient accès à un test de diagnostic pour nourrisson.

Les deux méthodes de dépistage du VIH, Alere mises au point par Alere Technologies et Xpert créé par Cepheid AB, permettent de diagnostiquer le VIH chez les nourrissons en moins d’une heure, au lieu d’attendre des semaines pour obtenir le résultat d’un laboratoire. Lire plus

A Lesbos, Ban Ki-moon rappelle l’obligation morale du monde envers les réfugiés

Une volontaire sur l’île grecque de Lesbos tient dans ses bras un bébé après que la famille de celle-ci est arrivée dans un bateau gonflable. Photo HCR/Achilleas Zavallis

Une volontaire sur l’île grecque de Lesbos tient dans ses bras un bébé après que la famille de celle-ci est arrivée dans un bateau gonflable. Photo HCR/Achilleas Zavallis

18 juin 2016 – Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est rendu samedi sur l’île grecque de Lesbos, point d’arrivée de nombreux réfugiés et migrants traversant la Méditerranée pour rejoindre l’Europe, et a rappelé que le monde entier avait une “obligation morale” envers eux.

“Aujourd’hui, j’ai rencontré des réfugiés de certains des endroits les plus tourmentés du monde. Ils ont vécu un cauchemar. Et ce cauchemar n’est pas terminé. Mais ici, à Lesbos, ils ont trouvé un endroit loin de la guerre et des persécutions”, a dit M. Ban lors d’un point de presse.

Le Secrétaire général a félicité les autorités grecques, la population de Lesbos et la communauté humanitaire pour leur “réponse extraordinaire” face à l’arrivée de ces réfugiés. La suite

L’ONU inquiète de l’intensification de l’islamophobie et de l’homophobie suite au massacre d’Orlando

Le Conseiller spécial sur la prévention du génocide, Adama Dieng. Photo ONU/Amanda Voisard

Le Conseiller spécial sur la prévention du génocide, Adama Dieng. Photo ONU/Amanda Voisard

17 juin 2016 – Le Conseiller spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la prévention du génocide, Adama Dieng, s’est dit vendredi préoccupé par l’intensification de l’islamophobie et de l’homophobie qui a suivi le massacre commis le 12 juin dans une boîte de nuit gay à Orlando, aux Etats-Unis, dans lequel 49 personnes ont été tuées et 53 autres blessées.

M. Dieng a exprimé ses plus sincères condoléances aux victimes de cette attaque qui a visé la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).

Le Conseiller spécial a noté que des messages au vitriol ont visé les musulmans, les immigrés et la communauté LGBT. « À un moment où il y a vraiment besoin de sympathie et de solidarité, j’ai été effaré par les efforts immédiats et honteux de certains dirigeants politiques et religieux pour manipuler et politiser les événements à Orlando afin d’alimenter la peur, l’intolérance et la haine », a-t-il ajouté dans un communiqué de presse. La suite

Fièvre jaune : l’OMS envisage une stratégie en cas de pénurie de vaccins

17 juin 2016 – En cas de pénurie mondiale de vaccins contre la fièvre jaune, des doses équivalentes à un cinquième des doses normales seraient suffisantes pour endiguer une épidémie, a déclaré vendredi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

« Des experts sont tombés d’accord sur cette proposition lors d’une réunion organisée par l’OMS pour envisager des pénuries potentielles de vaccins contre la fièvre jaune, en raison des épidémies actuelles en Angola et en République démocratique du Congo », a indiqué l’agence dans un communiqué de presse.

Lors d’une réunion, le Groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS sur la vaccination a passé en revue les preuves selon lesquelles l’utilisation d’un cinquième d’une dose de vaccin standard serait suffisante pour protéger contre la maladie pendant au moins 12 mois, voire beaucoup plus longtemps. La suite

Zika : l’OMS présente un plan d’intervention révisé, axé sur la prévention et la gestion des complications

17 juin 2016 – L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires ont rendu public vendredi leur plan d’intervention stratégique révisé pour lutter contre le virus Zika, qui mettra davantage l’accent sur la prévention et la gestion des complications médicales causées par le virus.

Dans un communiqué de presse, l’OMS a estimé que 121,9 millions de dollars sont à ce jour nécessaires pour mettre en œuvre efficacement ce plan, entre juillet 2016 et décembre 2017.

« Le plan d’intervention stratégique révisé pour lutter contre le Zika met plus l’accent sur la prévention et la gestion des complications médicales causées par l’infection par le virus Zika, ainsi que l’expansion des capacités des systèmes de santé à cet effet », a déclaré l’OMS dans un communiqué de presse. La suite