Message de Ban Ki-moon à l’occasion de Journée Mondiale de la femme 2015 : Autonomisation des femmes – Autonomisation de l’humanité : Imaginez!

Logo Beijing + 20En 1995, alors qu’une conférence internationale historique se tenait sur les droits fondamentaux des femmes, le conflit ravageur en ex-Yougoslavie avait suscité une attention bien méritée quant aux viols et autres crimes de guerre commis contre des civils. Vingt ans plus tard, tandis que des filles de sept ans non seulement sont visées par des extrémistes violents mais leur servent d’armes, ou pourrait facilement s’interroger sur le bien-fondé des rencontres internationales. Mais si le chemin à parcourir pour accéder à une égalité pleine et entière reste long, l’objectif central étant de mettre un terme aux violences sexistes, les progrès accomplis ces vingt dernières années figurent parmi les résultats incontestés de la Conférence mondiale sur les femmes, qui s’était tenue en 1995 à Beijing.

Depuis l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, jamais autant de filles n’avaient eu accès à l’éducation. Le nombre de femmes qui meurent en couches a été pratiquement réduit de moitié. Les femmes sont toujours plus nombreuses à diriger une entreprise, un gouvernement ou une organisation internationale, avancées dont je ne peux que me féliciter. Dans le même temps, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, il nous faut admettre que les gains ont été lents et inégaux, et que nous devons en faire bien davantage pour accélérer les progrès partout.

Le monde doit s’unir lorsque des femmes et des filles sont prises pour cibles par des extrémistes violents. Au Nigéria, en Somalie, en Syrie et en Iraq, des corps de femmes sont mus en champs de bataille de combattants au service de stratégies précises et systématiques, axées souvent sur l’appartenance ethnique et la religion. Des femmes cherchant à exercer leur droit à l’éducation et à des services de base sont attaquées; elles sont violées, transformées en esclaves sexuelles; données en primes à des combattants ou échouent dans des réseaux de traite opérés par des groupes extrémistes. Des femmes médecins, des infirmières et d’autres sont assassinées dans l’exercice de leurs fonctions. Les défenseuses des droits de l’homme et les défenseurs des droits des femmes qui ont le courage de dénoncer ces atrocités risquent de perdre la vie au service de la cause.

Nous devons nous ériger clairement contre cette attaque tous azimuts, qui vise les droits fondamentaux des femmes. L’horreur ressentie par la communauté internationale doit céder la place à des mesures concrètes, y compris une assistance humanitaire, une aide psychosociale, un appui aux moyens de subsistance et une action visant à traduire les auteurs de ces actes en justice. Si les femmes et les filles sont souvent la première cible d’attaques, leurs droits doivent figurer au cœur de la stratégie visant à résoudre ce problème croissant et effarant. Donner des moyens d’action aux femmes et aux filles est le meilleur espoir d’accéder à un développement durable après un conflit. Elles sont le moteur idéal de la croissance, le meilleur espoir de réconciliation et le rempart le plus efficace contre la radicalisation des jeunes et la perpétuation des cycles de violence.

Même dans des sociétés en paix, trop de filles et de femmes continuent de faire l’objet de violences au sein de la famille, de mutilations génitales et d’autres formes de violence, qui sont traumatisantes pour l’individu et portent préjudice à la société tout entière. La discrimination est un obstacle de taille, qu’il faut démanteler. Il nous faut élargir les possibilités, notamment dans les domaines politique et commercial. Il nous faut modifier les mentalités, tout particulièrement des hommes, et les engager à promouvoir activement le changement. Notre volonté doit s’accompagner d’une mobilisation de ressources, étant entendu qu’un investissement dans l’égalité des sexes produit des progrès économiques, une inclusion politique et sociale et d’autres bienfaits qui, à leur tour, favorisent la stabilité et la dignité de l’être humain.

En cette année charnière pour la progression de la cause des droits fondamentaux des femmes, la communauté internationale œuvre dur afin de mettre en place un nouveau programme de développement durable, qui fasse fond sur les objectifs du Millénaire pour le développement et élabore des politiques et des investissements sociaux pour la génération future. Afin d’être réellement porteur de changement, le programme de développement pour l’après-2015 doit établir des priorités en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes. Le monde ne pourra jamais atteindre pleinement ses objectifs si la moitié des habitants de la planète ne sont pas en mesure de réaliser leur potentiel. C’est en libérant le pouvoir des femmes que nous pourrons garantir l’avenir de chacun.

Site web de la journée est accessible ICI

Lire PLUS : 

La Journée internationale de la femme, l’accent sur la Déclaration et le Programme d’action de Beijing

Autres messages :

Lire les messages des années précédentes du SG des Nations Unies, M. Ban Ki-moon ICI

Consulter les autre messages de la journée 2015 :

Message de Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU-Femmes

Message de Mme Irina Bokova, Directrice exécutive de l’UNESCO