La FAO se félicite de l’attention accordée par le G20 à la réduction du gaspillage alimentaire

Photo PNUE8 mai 2015 – Le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), José Graziano da Silva, s’est félicité vendredi des initiatives annoncées par les pays du G20 pour réduire les pertes et le gaspillage alimentaires.

S’adressant aux ministres de l’agriculture du G20 réunis à Istanbul, M. Graziano da Silva a aussi applaudi à l’engagement des ministres de répondre aux besoins mondiaux en matière de sécurité alimentaire et de nutrition grâce à des systèmes alimentaires capables à la fois d’utiliser les ressources naturelles de manière plus efficace, de contribuer à la lutte contre les changements climatiques et d’être économiquement sains et socialement plus inclusifs.

Les ministres de l’agriculture du G20 se sont engagés à répondre aux besoins de sécurité alimentaire et de nutrition d’une population mondiale qui devrait atteindre neuf milliards en 2050. La FAO estime que pour nourrir tout ce monde, l’approvisionnement alimentaire mondial doit augmenter de 60%.

En outre, les ministres ont convenu de renforcer les activités du Système d’information sur les marchés agricoles (AMIS). Il s’agit d’une plate-forme inter-agences gérée par la FAO et établie par le G20 en 2011 pour améliorer la transparence des marchés alimentaires et encourager la coordination de l’action politique en réponse à l’incertitude sur les marchés.

On estime qu’à l’échelle mondiale, le tiers des aliments produits pour la consommation humaine est perdu ou gaspillé, ce qui équivaut à environ 1,3 milliard de tonnes par an. La nourriture est perdue quand elle est renversée ou lorsqu’elle se gâte avant d’atteindre le stade final ou stade de détail, et elle est gaspillée quand elle n’est pas consommée car ou bien on la laisse se gâter ou bien elle est mise au rebut par les détaillants ou les consommateurs.

Environ 800 millions de personnes dans le monde souffrent encore de la faim et la malnutrition reste répandue : quelque 2 milliards de personnes souffrent de carences en micronutriments tandis que l’obésité est en augmentation, en particulier dans les pays à revenu intermédiaire.

La FAO a rappelé que les membres du G20 (19 pays et l’Union européenne) ont un impact mondial sur la sécurité alimentaire et la nutrition à travers leurs pratiques commerciales, leurs politiques et leurs choix en matière d’investissements.

 


Autres dépêches sur la question

Une nouvelle plateforme en ligne de l’ONU aide à réduire les pertes alimentaires