Vingt ans après le Sommet de Copenhague, l’ONU plaide pour de nouveaux objectifs de développement

8 juin 2015 – A l’occasion des vingt ans du Sommet mondial pour le développement social qui s’est tenu en 1995 à Copenhague, au Danemark, le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson, a souligné la nécessité de disposer d’un nouvel ensemble d’objectifs de développement durable centrés sur la personne humaine.

« Il y a vingt ans au Sommet de Copenhague – le plus grand rassemblement de dirigeants mondiaux jamais organisé à l’époque – un consensus conceptuel significatif a été obtenu », a déclaré M. Eliasson lors d’une cérémonie de commémoration dans l’enceinte du Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC).

Ce consensus était lié au fait de placer l’être humain au centre des efforts de développement, a-t-il ajouté, soulignant que les objectifs établis à Copenhague avaient été la résultante de décennies de réflexion visant à conjuguer croissance durable et dignité.

« L’éradication de la pauvreté, la création d’emplois et l’intégration sociale sont encore aujourd’hui des besoins de base pour faire en sorte que les gens vivent une vie en toute dignité, en toute sécurité et dans le plein exercice de leur droits de l’homme », a ajouté le Vice-Secrétaire général, précisant que ces différents objectifs ont été renforcés lors du Sommet de 2012 à Rio, au Brésil.

« 2015 est une année charnière pour les Nations Unies », a poursuivi M. Eliasson, en référence notamment au futur programme de développement durable pour l’après-2015.

M. Eliasson a rappelé que plus d’un milliard de personnes vivent toujours dans l’extrême pauvreté et que le taux de chômage reste élevé, comme en témoignent notamment les 73 millions de jeunes gens en quête d’un emploi à travers le monde.

« Les jeunes ont trois fois plus de chances d’être sans emploi que les adultes », a-t-il souligné, avant de faire le rapprochement entre le manque d’opportunités économiques et le fait que certains jeunes gens soient « réceptifs et vulnérables à la marginalisation et à l’extrémisme ».

Le Vice-Secrétaire général a par conséquent souligné la nécessité de disposer d’un nouvel ensemble d’objectifs de développement durable qui soient universels, transversaux et centrés sur la personne humaine.

« L’expérience des deux dernières décennies – en particulier les années de la mise en œuvre des programmes visant la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement – nous a montré tout le potentiel que recèle un véritable pacte mondial pour le développement », a dit en conclusion M. Eliasson.

 


Autres dépêches sur la question

Les pays doivent capitaliser sur les jeunes pour accélérer leur développement, selon l’ONU