COP21 : Ban Ki-moon compte sur les gouvernements pour mettre en oeuvre l’accord sur le climat

14 décembre 2015 – De retour de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) qui a adopté samedi à Paris un accord historique sur le climat, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a déclaré compter sur les gouvernements et la société civile pour mettre en œuvre cet accord.« Les pays du monde entier ont fait un choix historique. Ils ont décidé à l’unanimité de travailler ensemble pour relever ce défi majeur de notre époque. L’Accord de Paris est une victoire pour les gens, pour le bien commun, et pour le multilatéralisme », a-t-il souligné lundi lors d’un point de presse au siège des Nations Unies à New York.

Cet accord « est une assurance santé pour la planète. C’est l’action la plus importante menée depuis des années pour faire respecter le mandat de notre Charte consistant à ‘préserver les générations futures’ », a-t-il ajouté. « Pour la première fois, tous les pays dans le monde ont promis de réduire les émissions de gaz à effet de serre, renforcer la résilience et agir aux niveaux international et national pour lutter contre les changements climatiques ».

Le Secrétaire général Ban Ki-moon s’exprime devant la presse au siège de l’ONU. Photo ONU/Rick Bajornas

Le Secrétaire général Ban Ki-moon s’exprime devant la presse au siège de l’ONU. Photo ONU/Rick Bajornas

Le Secrétaire général a rappelé que cet accord était le résultat d’années de travail acharné et qu’il s’était personnellement impliqué pour arriver à ce résultat. « Les pays ont reconnu que l’intérêt national est mieux servi en agissant pour le bien commun », a-t-il souligné.« J’ai toujours su que la communauté internationale serait capable de relever le défi climatique. Maintenant, je compte sur les gouvernements et tous les secteurs de la société pour transformer ces engagements en action urgente et décisive », a dit M. Ban. Selon lui, l’Accord de Paris aidera à atteindre les objectifs de développement durable, qui ont été adoptés en septembre par les Etats membres des Nations Unies. « Il permettra de sauver des vies, améliorer le bien-être humain et promouvoir des sociétés plus stables et pacifiques », a-t-il ajouté.