« Le monde a ignoré l’hépatite à ses risques et périls », prévient l’OMS

Vaccination contre l’hépatite B en Argentine. Photo OMS/PAHO

Vaccination contre l’hépatite B en Argentine. Photo OMS/PAHO

20 juillet 2016 – A quelques jours de la Journée mondiale contre l’hépatite, célébrée chaque année le 28 juillet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé mercredi les pays à renforcer les tests de dépistage et l’accès aux traitements pour les 400 millions d’individus dans le monde infectés par l’hépatite B ou C.

« Le monde a ignoré l’hépatite à ses risques et périls », a déclaré dans un communiqué de presse la Directrice générale de l’OMS, Dr Margaret Chan. « Il est temps de mobiliser une réponse globale contre l’hépatite qui soit d’une ampleur comparable à celle générée pour lutter contre d’autres maladies transmissibles, telles que le VIH/sida et la tuberculose », a-t-elle ajouté.

Selon l’OMS, le nombre de personnes atteintes de l’hépatite B ou C dans le monde est plus de 10 fois supérieur à celui des personnes infectées par le VIH. Seulement une personne atteinte de l’hépatite virale sur 20 a conscience de l’être et seulement 1 sur 100 reçoit un traitement.

En mai dernier, l’Assemblée mondiale de la Santé, l’organe exécutif de l’OMS, a appelé à traiter 8 millions de personnes atteintes de l’hépatite B ou C d’ici 2020, à réduire les nouvelles infections d’hépatite virale de 90%, et à diminuer le nombre de décès liés à la maladie de 65% entre 2016 et 2030. La suite