Sahel : un « accent disproportionné » sur la sécurité affaiblirait l’établissement d’une paix durable, selon l’ONU

28 juin 2017 – La Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, a souligné mercredi la nécessité d’« éviter un accent disproportionné sur la sécurité » lors de la mise en œuvre d’une stratégie visant à aider la région du Sahel en Afrique à atteindre une paix et un développement durables.

La Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, lors d’une réunion conjointe du Conseil économique et social et de la Commission de consolidation de la paix consacrée au Sahel. Photo: ONU / Kim Haughton

« Compte tenu de la nature transfrontalière et multidimensionnelle de l’instabilité dans la région du Sahel, il ne peut y avoir aucune solution purement militaire », a déclaré Mme Mohammed, lors d’une réunion consacrée à la situation au Sahel, organisée conjointement par le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) et la Commission pour la consolidation de la paix (CCP).

La numéro 2 des Nations Unies a décrit comment le crime organisé transnational, l’extrémisme violent et le terrorisme sont devenus des menaces croissantes pour la stabilité dans la région du Sahel et comment la rareté de la nourriture et les conditions de vie difficiles ont stimulé un flux régulier de migrants sur des voyages dangereux, parfois mortels, dans le désert vers la Méditerranée et au-delà.

« La détérioration continue de la sécurité au Sahel est le résultat de plusieurs causes sous-jacentes non résolues de l’instabilité, y compris le manque de développement, la bonne gouvernance et le respect des droits de l’homme », a déclaré la Vice-Secrétaire générale, ajoutant que la région a également subit des conditions climatiques difficiles, exacerbées par le changement climatique.

L’écart entre les travaux humanitaires et de développement doit être comblé

Lors de cette réunion, Mme Mohammed a souligné la nécessité de renouveler les efforts pour combler l’écart entre les travaux humanitaires et de développement par une approche intégrée du développement, de la gouvernance, de la sécurité et des droits de l’homme.

Elle a déclaré que l’ONU reste profondément engagée à aider les gouvernements du Sahel, y compris ceux de la Mauritanie, du Mali, du Niger, du Tchad et du Burkina Faso, à naviguer sur « cet équilibre » dans le cadre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, le Programme de développement durable à l’horizon 2030, la nouvelle façon de travailler entre les acteurs humanitaires et de développement, et les autres mécanismes pertinents.

Pour sa part, le président de l’ECOSOC, Frederick Makamure Shava, a rappelé que la réunion conjointe de l’année dernière a souligné la complémentarité entre les efforts de paix et de sécurité de l’ONU et ceux axés sur le développement, les droits de l’homme et le travail humanitaire.

L’une des recommandations de cette réunion comprenait « une collaboration plus étroite entre l’ECOSOC et le CCP » pour atteindre le Programme 2030 et soutenir la paix, a-t-il rappelé.

« Il est largement reconnu que si nous voulons que les Objectifs de développement durable soient une réalité pour tous, nous devons faire de la paix durable une partie intégrante d’une approche coordonnée et cohérente de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030″, a-t-il déclaré.

Depuis l’adoption par le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale des deux résolutions sur l’examen de l’architecture de consolidation de la paix en avril dernier, la Commission de consolidation de la paix a fait de plus grands efforts pour jouer un rôle de liaison entre les principaux organes de l’ONU, a déclaré son Président, Cho Tae-yul.

Soulignant que la paix, le développement et les droits de l’homme sont étroitement liés, M. Cho a rappelé comment la Commission a utilisé son rôle de fédérateur pour aider le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) à mettre en œuvre la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.