500 000 enfants « non recensés » vivent dans des pays incapables de mesurer les progrès des ODD (UNICEF)

7 mars 2018  – Selon un rapport publié mercredi par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), plus d’un demi-milliard d’enfants vivent dans des pays où les Objectifs de développement durable (ODD) deviennent rapidement hors de portée. L’UNICEF, confirme un manque alarmant de données dans 64 pays, ainsi que des progrès insuffisants pour atteindre les ODD dans 37 autres pays où les données permettent un suivi.

Le rapport de l’UNICEF, intitulé « Progrès pour les enfants à l’ère des ODD », est le premier rapport thématique évaluant l’efficacité visant à atteindre les cibles mondiales des ODD qui concernent les enfants et les jeunes. Le rapport indique en guise d’avertissement que 520 millions d’enfants vivent dans des pays qui manquent totalement de données sur les deux tiers, au moins, des indicateurs des ODD relatifs aux enfants ou qui ne disposent pas de données suffisantes pour évaluer leurs progrès, ce qui rend effectivement ces enfants « non recensés ».

FAO/Ubirajara Machado
Des enfants mangent un repas dans une école participant à un programme d’alimentation scolaire en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Lorsque des données suffisantes sont disponibles, l’ampleur du défi que présentent les cibles des ODD reste décourageante. Le rapport souligne que 650 millions d’enfants vivent dans des pays où au moins les deux tiers des ODD sont hors de portée à moins de faire des progrès accélérés. Dans ces pays, encore plus d’enfants que maintenant pourraient faire face à de mauvaises possibilités d’avenir d’ici 2030.

« Plus de la moitié des enfants du monde vivent dans des pays où nous ne pouvons pas effectuer le suivi des progrès pour les ODD les concernant ou dans des pays où nous pouvons le faire, mais où les résultats sont terriblement décevants. La communauté internationale doit renouveler son engagement à atteindre les ODD en commençant par renouveler son engagement à les mesurer », a déclaré Laurence Chandy, le Directeur de la Division de l’UNICEF en matière de données, de recherche et de politiques.

Le rapport suit les progrès dans cinq dimensions des droits de l’enfant : la santé, l’éducation, la protection contre la violence et l’exploitation, un environnement sûr et des possibilités égales. Le rapport quantifie jusqu’à quel point la communauté mondiale échoue actuellement par rapport à l’atteinte des objectifs mondiaux, l’écart étant mesuré en coûts humains.

Les prévisions indiquent que, de maintenant à 2030 : 10 millions d’enfants de plus mourraient de causes évitables avant leur cinquième anniversaire; 31 millions d’enfants présenteraient un retard de croissance dû à un manque d’alimentation adéquate; 22 millions d’enfants ne bénéficieraient pas d’une éducation préscolaire; 150 millions de filles se marieront avant l’âge de 18 ans; et 670 millions de personnes, dont beaucoup d’enfants, n’auront toujours pas accès à de l’eau potable.

Le rapport demande de redoubler d’efforts pour remédier à la pénurie mondiale de données, tout en reconnaissant qu’il faut du temps et des investissements pour renforcer la capacité et établir de solides institutions nationales en matière de données. Le rapport désigne trois principes pour étayer ce travail.

D’abord, la création de mesures solides dans les systèmes de prestation de services, qu’il s’agisse de la santé ou de l’éducation, des services sociaux ou du contrôle frontalier.

Ensuite, des efforts systématiques et coordonnés pour s’assurer que tous les pays disposent d’une couverture de données minimale pour les enfants, quelles que soient leurs ressources et leurs capacités.

Enfin, l’établissement de normes communes plus strictes sur les données relatives aux enfants, y compris des approches communes pour mesurer les menaces émergentes auxquelles font face les enfants, pour saisir les données manquantes relatives aux populations d’enfants, et pour partager les données afin de repérer les enfants vulnérables tout en protégeant leur vie privée.

L’UNICEF estime que bien que chaque gouvernement soit en définitive responsable de générer les données qui guideront et mesureront l’atteinte des Objectifs, la communauté internationale a l’obligation de s’associer à eux pour veiller à ce que les cibles des ODD soient atteintes.