A Genève, l’Assemblée mondiale de la santé conclut ses travaux sur un appel à servir les plus vulnérables

Bloomberg Philanthropies/Kuni Takahashi
Un groupe d’enfants à Matlab, au Bangladesh. La santé a le pouvoir de transformer la vie d’un individu, des familles, des communautés et des nations, a souligné le chef de l’OMS en conclusion de la 71e Assemblée mondiale de la santé à Genève.

26 Mai 2018 –La 71e Assemblée mondiale de la santé a clôturé ses travaux samedi sur un appel du chef de l’OMS aux Etats membres à concrétiser les objectifs du « triple milliard » qu’ils ont approuvés cette semaine en faveur des personnes démunies.

Le nouveau plan stratégique quinquennal de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) adopté à Genève fixe trois objectifs à atteindre d’ici 2023 : faire en sorte qu’un milliard de personnes de plus bénéficient d’une couverture santé universelle, mieux protéger un milliard de personnes de plus contre les urgences sanitaires et permettre à un milliard de personnes de plus de jouir d’une meilleure santé et bien-être.

Le dernier jour de l’Assemblée, les délégués sont parvenus à un accord sur la nutrition de la mère, du nourrisson et du jeune enfant et sur le confinement de la poliomyélite.

Si les progrès dans la lutte contre la malnutrition ont été lents et inégaux, les délégués ont toutefois noté un petit pas en avant dans la réduction du retard de croissance. Le nombre d’enfants de moins de 5 ans ayant un retard de croissance est passé de 169 millions en 2010 à 151 millions en 2017.

L’OMS mène une action mondiale pour améliorer la nutrition, notamment avec une initiative internationale visant à rendre les hôpitaux plus conviviaux pour les bébés, à intensifier la prévention de l’anémie chez les adolescentes et à prévenir le surpoids chez les enfants.

Les niveaux de transmission du poliovirus sauvage sont plus bas que jamais et le monde est plus proche que jamais de la lutte contre la poliomyélite. En mai 2018, seuls 9 cas dus au poliovirus sauvage avaient été signalés dans le monde, à partir de seulement 2 pays: l’Afghanistan et le Pakistan. Pour se préparer à un monde exempt de poliomyélite, les activités mondiales de confinement du poliovirus continuent d’être intensifiées et les États membres ont adopté une résolution historique sur le confinement du poliovirus.

Dans un nombre limité d’établissements, le poliovirus continuera d’être conservé, après l’éradication, pour remplir des fonctions nationales et internationales essentielles, telles que la production de vaccins contre la poliomyélite ou la recherche.Pour l’OMS, il est crucial que les matériels de poliovirus soient confinés dans des conditions strictes de biosécurité et de manipulation et de stockage afin de garantir que le virus ne soit pas libéré dans l’environnement, accidentellement ou intentionnellement, pour provoquer à nouveau des épidémies dans les populations sensibles.

En clôture de la 71e Assemblé mondiale de la santé, le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a rappelé que partout où il allait, il recevait le même message: la santé est un pont vers la paix. « La santé a le pouvoir de transformer la vie d’un individu, mais elle a aussi le pouvoir de transformer les familles, les communautés et les nations », a-t-il dit.

« En fin de compte, les personnes que nous servons ne sont pas les personnes qui ont le pouvoir, ce sont les personnes sans pouvoir », a déclaré le Directeur général de l’OMS aux délégués, soulignant que la vraie réussite des discussions tenues à l’Assemblée cette semaine sera leur concrétisation sur le terrain par des résultats mesurables et quantifiables

Le Dr Tedros a exhorté les délégués à retourner dans leur pays avec une détermination renouvelée à travailler tous les jours pour la santé de leurs peuples. « L’engagement dont j’ai été témoin cette semaine me donne beaucoup d’espoir et de confiance, car nous pouvons tous ensemble promouvoir la santé, assurer la sécurité du monde et servir les personnes vulnérables», a-t-il conclu.