Yémen : les violences à Hodeïda ont fait 50.000 nouveaux déplacés

Photo UNICEF/Ahmed Abdulhaleem
Des enfants de la ville de Taëz, au Yémen, déplacés par le conflit, en mars 2018 (archives).

20 Juillet 2018  – Les violences depuis mi-juin entre la coalition menée par l’Arabie saoudite et les rebelles Houthis ont fait 50.000 déplacés internes au Yémen, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Selon l’Agence onusienne basée à Genève, les pertes civiles et les déplacements massifs continuent d’augmenter au milieu des combats intenses qui ont commencé le 12 juin dernier.

Ces violences ont « causé d’autres dégâts aux services publics déjà ravagés par la guerre et qui ont affecté les approvisionnements en eau », a déclaré le porte-parole de l’OIM lors d’un point de presse ce vendredi à Genève. Selon Joël Millman, des magasins ont été forcés à fermer entraînant des pénuries de produits essentiels. En outre, ces combats ont compliqué l’acheminement de l’aide humanitaire et entraîné la fermeture d’un centre d’alimentation temporaire à Zabid.

Face à cette urgence humanitaire, l’Agence des Nations Unies pour les migrations au Yémen a d’ailleurs déployé cette semaine une cinquantaine de collaborateurs pour assister les milliers de personnes déplacées par les violents combats autour de la ville portuaire stratégique de Hodeïda. Elle a ainsi distribué de la nourriture et du matériel non alimentaire et a mené des consultations sanitaires.

« L’OIM et ses partenaires travaillent dans un environnement difficile dans l’espoir d’atténuer certaines des difficultés que vivent les populations en leur fournissant de l’aide », a déclaré le Représentant intérimaire de l’OIM au Yémen. « La situation est très mauvaise et nous faisons de notre mieux pour leur fournir pour le moment un abri temporaire et un soutien », a ajouté Stefano PesStefano Pes, du Bureau de l’OIM au Yémen .

A noter que le port d’Hodeïda permet l’arrivée de la majorité de l’assistance humanitaire au Yémen. Et le Programme alimentaire mondial (PAM) indique que son ouverture permet toujours d’acheminer de l’aide.

« Il est crucial que nous continuions à le faire », a affirmé une porte-parole du PAM à Genève.

Selon Bettina Luescher, l’agence onusienne basée à Rome distribue de la nourriture pour 7 millions de personnes au Yémen.