À Hiroshima, l’ONU salue la résilience et le courage des survivants de la bombe atomique

Le Mémorial de la Paix d’Hiroshima, ou Dôme de Genbaku, fut le seul bâtiment à rester debout près du lieu où explosa la première bombe atomique, le 6 août 1945.

Par la voix de sa représentante pour le désarmement, le chef de l’ONU, António Guterres, a rendu hommage lundi aux citoyens d’Hiroshima et à toutes les « victimes tragiques » qui ont péri dans « l’éclair aveuglant de la destruction nucléaire ».

Le 6 octobre 1045, la première bombe atomique explosait au-dessus de la ville d’Hiroshima, au centre du Japon. Trois jours plus tard, une seconde bombe atomique explosait au-dessus de Nagasaki, ville de l’est de l’archipel japonais.

« L’héritage d’Hiroshima est celui de la résilience. La ville que nous voyons aujourd’hui, cette métropole animée, en est la preuve », a déclaré Izumi Nakamitsu, la Haute-Représentante de l’ONU pour les affaires de désarmement lors d’une cérémonie organisée au Mémorial pour la paix d’Hiroshima, 73 ans jour pour jour après l’explosion de la bombe atomique au-dessus de la ville.

« Vous, les habitants d’Hiroshima, n’êtes pas seulement des survivants courageux de la bombe atomique, mais aussi des militants courageux pour la paix et la réconciliation », a souligné Mme Nakamitsu. La suite