Conservation et développement : deux faces d’une même médaille des réserves de biosphère de l’UNESCO

Depuis plus de 40 ans, les réserves de biosphère de l’UNESCO cherchent à conciRésultat de recherche d'images pour "Conservation et développement : deux faces d’une même médaille des réserves de biosphère de l’UNESCO"lier la conservation de la biodiversité et les activités humaines par l’utilisation durable des ressources naturelles.

Véritables “laboratoires d’interaction harmonieuse entre l’homme et la nature”, l’un des principaux objectifs de ces sites est de faire émerger des pratiques innovantes de développement durable.

Le Réseau mondial des réserves de biosphère compte aujourd’hui 686 sites répartis dans 122 pays, dont les derniers 24 ont été ajoutés cet été.

Les nouvelles réserves sont désignées chaque année par le Conseil international de coordination du Programme de l’UNESCO sur l’Homme et la biosphère, composé des représentants élus de 34 Etats membres de l’UNESCO.

Dans cette édition d’Escale Noeline Raondry Rakotoarisoa, Responsable du Programme de l’UNESCO pour l’homme et la biosphère, explique comment ces sites font de la conservation et du développement les deux faces d’une même médaille, et revient sur les 7 critères utilisés afin de déterminer si un site peut être qualifié de réserve de biosphère et admit au Réseau de l’UNESCO. La suite