À Bali, le chef de l’ONU souligne l’importance de la coopération financière internationale pour le développement durable

Banque Mondiale/ Grant Ellis
Le Secrétaire général, António Guterres, prend la parole lors de la réunion du Comité du développement du FMI à Bali, en Indonésie.

13 Octobre 2018 – Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé samedi à augmenter les investissements, financer sur le long terme et à accroitre la stabilité globale, afin de surmonter les obstacles à une croissance mondiale inclusive, résiliente et durable.  « De nombreux pays limitent la marge de manœuvre budgétaire et suppriment des ressources indispensables aux Objectifs de développement durable (ODD) » , a affirmé samedi le chef des Nations Unies, s’adressant aux ministres des finances et aux gouverneurs des banques centrales au Comité monétaire et financier international (IMFC) du Fonds monétaire international (FMI) réunis à Bali, en Indonésie.

« Cela souligne l’importance de la coopération internationale et la pleine motivation et l’attrait du secteur privé pour jouer pleinement son rôle dans l’Agenda 2030 [pour le développement durable]  », a déclaré M. Guterres.

Il a ainsi souligné l’importance de la mise en œuvre intégrale du Programme d’action d’Addis-Abeba et rappelé sa stratégie visant à soutenir le programme 2030, qui a été lancé avant le débat général de haut niveau à l’Assemblée générale des Nations Unies cette année.

Cette stratégie définit trois domaines d’action prioritaires : aligner les politiques financières et économiques mondiales sur le Programme 2030; améliorer des stratégies nationales et régionales de financement et d’investissement durables; et encourager l’inclusion financière et l’accès équitable au financement pour tous, en particulier pour les femmes et les jeunes.

Selon M.Guterres, les ministères des Finances et les banques centrales jouent un rôle crucial dans les trois domaines, et pourraient, à travers un engagement actif et à la coopération, ouvrir la voie à la définition des politiques nécessaires à la stabilisation des flux financiers et à la réduction des perturbations.

« Vous êtes responsable de la formulation des budgets nationaux qui soutiennent les stratégies nationales de développement durable qui sont pleinement alignées sur le Programme 2030. Vous pouvez définir vos politiques fiscales de manière à créer des incitations positives pour les investissements durables à long terme et la transition vers une croissance durable, équitable et inclusive  » , a-t-il déclaré.

Une coopération internationale solide pourrait également mettre un terme à des pratiques telles que les mouvements illicites de capitaux, le blanchiment de capitaux et la fraude fiscale, qui drainent des ressources vitales des pays en développement et renforcer la bonne gouvernance et les systèmes fiscaux, a ajouté M. Guterres.

L’action pour le climat nous concerne tous

Enfin, le António Guterres a souligné l’urgence de lutter contre le changement climatique.

Il a rappelé avertissement sur l’augmentation de la température mondiale lancé dans le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques (GIEC) des Nations Unies.

Le chef de l’ONU a souligné la nécessité urgente de réduire les émissions de gaz à effet de serre « si nous voulons éviter les objectifs du L’accord de Paris sur le changement climatique devient irréversiblement irréalisable« .

« La technologie est de notre côté et de plus en plus l’économie verte est la meilleure voie de développement, mais la volonté politique fait toujours défaut », a-t-il déclaré, appelant à« un prix significatif sur le carbone, pour mettre fin aux subventions sur les combustibles fossiles, et  pour investir dans des infrastructures respectueuses du climat qui ne nous renferment pas sur une voie non-durable pendant des décennies » .

« Ce n’est pas l’affaire des ministres de l’Environnement. Cela concerne tous les dirigeants politiques du monde d’aujourd’hui. C’est une affaire qui concerne chacun de nous » , a conclu M.Guterres.