Archives de l’auteur : UNIC Algiers

Pour la nouvelle Présidente de l’Assemblée générale, « le bien-être des peuples est notre principal objectif »

18  Septembre 2018- Dans son premier discours en qualité de Présidente de l’Assemblée générale des Nations Unies, l’Equatorienne María Fernanda Espinosa a souligné son engagement à travailler pour tous les pays et leurs peuples.

« À partir d’aujourd’hui, vous pouvez être sûr que je travaille pour le drapeau bleu de nos Nations Unies, en promouvant les intérêts et les engagements partagés de tous les 193 États membres », a dit la nouvelle Présidente au premier jour de la 73e session de l’Assemblée générale.

Photo ONU/Loey Felipe
Ouverture de la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies par la Présidente de cet organe, Maria Fernanda Espinosa

Élue le 5 juin dernier par les Etats membres des Nations Unies, la Ministre des affaires étrangères de l’Equateur est la quatrième femme à diriger l’Assemblée générale et la première femme Présidente originaire d’Amérique latine et des Caraïbes.

« Je veux soutenir les femmes qui se sont engagées en politique ; celles qui exigent l’égalité sur le lieu de travail ; les femmes et les filles victimes de violence ; les filles et aux adolescents qui exigent l’accès à une éducation de qualité », a dit Mme Espinosa qui, lors de son élection, avait dédiée sa présidence aux femmes et filles de sa région.

Pour la nouvelle Présidente, « l’Assemblée générale n’est pas seulement le forum le plus démocratique et le plus représentatif au monde. C’est un espace qui englobe les cultures les plus diverses du monde ».

Continuer la lecture

تقرير دولي: وفاة طفل كل 5 ثوان عام 2017

توفي نحو 6.3 مليون طفل تحت سن الخامسة عشرة عام 2017، بمعدل طفل واحد كل خمس ثوان. ونجم ذلك غالبا عن أسباب يمكن تلافيها، وفق تقرير صادر عن الـيونيسف ومنظمة الصحة العالمية وشعبة الأمم المتحدة للسكان والبنك الدولي

ووقعت 5.4 مليون من تلك الوفيات، أي الغالبية العظمى في العام الأول من حياة الطفل، كما يقول مارك هيروارد من منظمة اليونيسف:

© UNICEF/UN0159228/Naftalin
أويت سايد مع حفيدها أيا الذي يعالج في المستشفى التعليمي في جوبا، عاصمة جنوب السودان. يناير/كانون الثاني 2018

« تحت سن الخامسة تقوم الأمراض بدور أكبر. أسهل وأكثر التدابير مباشرة هو التلقيح إذ يقلص عدد الوفيات. بعد ذلك يصبح السبب الرئيسي للوفيات الالتهاب الرئوي والإسهال، اللذين يمكن علاجهما بسهولة، ولكن العلاج يتطلب أكثر من مجرد وجود نظام صحي، إذ يتعين توفر عاملين صحيين مجتمعيين أيضا »

وأصبحت الإصابات، وخاصة الناجمة عن الغرق وحوادث الطرق، سببا متناميا للوفيات بين الأطفال الذين تتراوح أعمارهم بين الخامسة والرابعة عشرة. كما تبرز الاختلافات الإقليمية أيضا في هذه الفئة العمرية، فيزيد احتمال وفاة طفل يعيش في الدول الأفريقية الواقعة جنوب الصحراء الكبرى بمقدار 15 مرة عن طفل يعيش في أوروبا

وعلى المستوى العالمي، وقعت نصف وفيات الأطفال تحت سن الخامسة في أفريقيا جنوب الصحراء، و30% في جنوبي آسيا

وبالنسبة للأطفال في كل مكان يعد الشهر الأول أكثر فترات حياتهم خطورة. خلال العام الماضي توفي 2.5 مليون طفل في الشهر الأول من عمرهم

ويقول التقرير إن احتمال وفاة الطفل حديث الولادة في أفريقيا جنوب الصحراء الكبرى أو جنوبي آسيا يزيد بمقدار 9 مرات مقارنة بطفل في دولة مرتفعة الدخل

ويوجد التفاوت داخل الدولة الواحدة أيضا، إذ إن معدلات وفيات الأطفال تحت سن الخامسة في المناطق الريفية تزيد بنسبة 50% عن الأطفال في المناطق الحضرية، كما أن أطفال الأمهات غير المتعلمات يواجهن احتمالا مضاعفا بالوفاة قبل أن يكملوا عامهم الخامس، بالمقارنة مع أطفال الأمهات الحاصلات على تعليم ثانوي أو أعلى

وعلى الرغم من التحديات تراجع عدد الوفيات بين الأطفال بأنحاء العالم، إذ كان العدد 12.6 مليون في عام 1990، وأصبح 5.4 مليون عام 2017.

Le Président sortant de l’Assemblée générale appelle à préserver le dialogue et le multilatéralisme du chaos

17 Septembre 2018-  En clôture de la 72e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Président sortant de cet organe, Miroslav Lajčák, a appelé les Etats membres à poursuivre leurs efforts pour réaliser les Objectifs de développement durable (ODD), lutter contre le changement climatique, et participer à la réforme de l’ONU dans un contexte où les principes du multilatéralisme sont remis en cause.

Photo ONU/Manuel Elias
Miroslav Lajčák, le Président de la 72e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, remet le marteau à Maria Fernanda Espinosa, qui va présider la 73e session.

« Dans l’état actuel des choses, nous ne sommes pas en voie d’atteindre les Objectifs de développement durable ou les objectifs de l’Accord de Paris », a prévenu lundi M. Lajčák, soulignant que les ODD et l’accord sur le climat signé dans la capitale française en 2015 ne pourront être réalisés sans le financement adéquat.

Il s’agissait du dernier discours du Président sortant. La Présidente de la 73e session de l’Assemblée générale, Maria Fernanda Espinosa, qui succède à Miroslav Lajčák, a prêté serment ce lundi.

Continuer la lecture

La nouvelle Présidente de l’Assemblée générale va s’efforcer de renforcer le multilatéralisme

La nouvelle Présidente de l’Assemblée générale des Nations Unies, María Fernanda Espinosa, ancienne Ministre des affaires étrangères de l’Equateur, explique dans un entretien à ONU Info comment elle voit son mandat d’un an qui débute ce lundi, promettant en particulier de tout faire pour renforcer le multilatéralisme.

« Je pense que nous vivons vraiment dans un environnement très perturbé, et je pense qu’il est important que nous travaillions réellement au renforcement du système multilatéral et à la revitalisation de l’ONU, que nous travaillions dur pour améliorer la situation », déclare Mme Espinosa lors de cet entretien.

Selon elle, il faut « oser » faire mieux et améliorer la façon dont les pays travaillent ensemble. Quatre mots vont résumer son action à la tête de l’Assemblée générale : exécution, responsabilité, pertinence et efficacité, soit l’acronyme DARE (delivery, accountability, relevance, efficiency) qui signifie ‘oser’ en anglais.

Continuer la lecture

Agir pour le climat : l’ONU appelle à s’inspirer du succès des efforts pour protéger la couche d’ozone

14 Septembre 2018-  A l’occasion de la Journée internationale de la protection de la couche d’ozone, célébrée ce dimanche, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, appelle à s’inspirer du Protocole de Montréal sur la couche d’ozone pour progresser dans la lutte contre le changement climatique.

Photo Banque mondiale/Boris Rumenov Balabanov
Les efforts internationaux pour protéger la couche d’ozone ont été couronnés de succès.

Le Protocole de Montréal, signé en 1987 et entré en vigueur en 1989, impose la suppression de l’utilisation des chlorofluorocarbones (CFC) et autres substances qui appauvrissent la couche d’ozone. « En un peu plus de trente ans, le Protocole de Montréal n’a pas seulement permis de réduire le trou dans la couche d’ozone : il nous a montré que la gouvernance environnementale pouvait apporter des solutions aux problèmes mis en lumière par la science et que les pays pouvaient s’unir pour surmonter ensemble leur vulnérabilité », souligne M. Guterres dans un message.

« C’est dans ce même esprit que je souhaite que nous fassions cause commune et, surtout, que nous nous mobilisions davantage pour appliquer l’Accord de Paris sur les changements climatiques et mener l’action climatique ambitieuse dont nous avons besoin de toute urgence », ajoute-t-il, soulignant que cette année, des records de chaleur ont été enregistrés dans le monde entier.

Continuer la lecture

L’ONU a fait des progrès pour améliorer l’efficacité de ses opérations de paix

Photo ONU/Manuel Elias
Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, intervenant devant le Conseil de sécurité le 12 septembre 2018.

12 septembre 2018 – Lors d’un débat au Conseil de sécurité sur la réforme des opérations de maintien de la paix, un haut responsable onusien a déclaré que l’Organisation a fait des progrès pour améliorer l’efficacité des missions sur le terrain.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a présenté en mars cette année l’initiative appelée « Action pour le maintien de la paix », destinée à améliorer l’efficacité des Casques bleus.

Dans le cadre de ces efforts, les Nations Unies ont renforcé la sûreté et la sécurité des Casques bleus en leur dispensant une formation plus ciblée et en faisant tout pour qu’ils aient les équipements nécessaires, a expliqué mercredi le chef des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix.

Selon lui, l’effort collectif dans ce domaine commence à porter ses fruits, même s’il reste beaucoup à faire. 17 Casques bleus ont perdu la vie depuis le début de l’année 2018 à la suite d’actes de violence. Ce chiffre s’élevait à 26 pour la même période de l’an dernier. « Cela représente une baisse de 32% », s’est félicité le chef des opérations de maintien de la paix.

Continuer la lecture

Plus de 820 millions de personnes à travers le monde ont faim et le nombre s’accroît (ONU)

11 Septembre  2019 –  En 2017 une personne sur neuf dans le monde était soit sous-alimentées, ou en situation de manque chronique de nourriture, selon l’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2018  – un nouveau rapport publié mardi par cinq agences des Nations Unies.

©FAO/Eddie Gerald
Un nourrisson qui a été traité pour malnutrition à l’unité de rééducation nutritionnelle (NRU) du centre de santé de Kankao, dans le district de Balaka, au Malawi, est à nouveau pesé.

« Les données recueillies cette année indiquent une progression de la faim dans le monde.  Le nombre de personnes souffrant de la faim est en augmentation depuis trois ans et retrouve son niveau d’il y a 10 ans.  En chiffre absolu, le nombre total de personnes sous-alimentées, ou en situation de manque chronique de nourriture, est passé de 804 millions environ en 2016 à près de 821 millions en 2017 », ont précisé dans l’étude l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Continuer la lecture

غوتيريش يحذر: نحن بحاجة إلى التحول بسرعة بعيدا عن اعتمادنا على الوقود الأحفوري

حذر الأمين العام للأمم المتحدة أنطونيو غوتيريش من استمرار اعتماد العالم على الوقود الأحفوري، في ظل تنامي آثار تغير المناخ بشكل أسرع من جهود التصدي لها، قائلا « إننا بحاجة إلى كبح جماح انبعاثات غازات الدفيئة القاتلة ودفع العمل المناخي، والتحول بسرعة بعيدا عن اعتمادنا على الوقود الأحفوري. »

وفي خطاب بشأن تغير المناخ بالمقر الدائم في نيويورك، قبيل القمة العالمية للعمل المناخي في سان فرانسيسكو من 12 إلى 14 سبتمبر، أشار الأمين العام إلى أن العالم « يواجه تهديدا وجوديا مباشرا. وقال « إذا لم نغير المسار بحلول عام 2020، فإننا نخاطر بفقدان النقطة التي يمكننا من خلالها تجنب تغير المناخ الجامح، مع عواقب وخيمة على الناس وعلى جميع النظم الطبيعية. »

« يجب علينا كسر الجمود. لدينا أسباب أخلاقية ومالية للتصرف. لدينا الأدوات اللازمة لجعل أعمالنا فعالة. ما نفتقر إليه، حتى بعد اتفاقية باريس، هو القيادة والطموح للقيام بما هو مطلوب. يجب ألا يكون هناك شك في مدى إلحاح الأزمة. »

ووفقا للمنظمة العالمية للأرصاد الجوية، فإن العقدين الماضيين شملا 18 سنة من أحر الأعوام منذ بدء تسجيل درجات الحرارة في عام 1850. ومن المتوقع أن يصبح العالم الحالي رابع أحر الأعوام حرارة.

ما يجعل كل هذا أكثر إثارة للقلق هو أننا تم تحذيرنا. لقد أخبرنا العلماء منذ عقود، مرارا وتكرارا. إلّا أن الكثير من القادة رفضوا الاستماع.

وسمّى الأمين العام عددا من الكوارث الطبيعية التي شهدها العالم مؤخرا بسبب تغير المناخ، ومنها تزايد موجات الحر الشديد والحرائق والعواصف والفيضانات من الهند إلى البحر الكاريبي والولايات المتحدة. وقال:

« ما يجعل كل هذا أكثر إثارة للقلق هو أننا تم تحذيرنا. لقد أخبرنا العلماء منذ عقود، مرارا وتكرارا. إلّا أن الكثير من القادة رفضوا الاستماع. وتصرف عدد قليل جدا بما أوصى به العلم. إننا نرى النتائج، التي في بعض الحالات، تقترب من أسوأ السيناريوهات التي وضعها العلماء. »

Continuer la lecture

A Bangkok, les négociations sur le climat dévoilent des progrès inégaux sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris

09 Septembre 2018-  A trois mois de la COP 24, des pourparlers de l’ONU sur le changement climatique organisée à Bangkok, en Thailande, se sont conclus dimanche sur un constat mitigé : les progrès sur les directives de mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat sont inégaux.

CCNUCC
Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de l’ONU sur le changement climatique, lors d’une conférence de presse à Bangkok en septembre 2018.

Pour la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), il ne fait aucun doute : ces lignes directrices – qui font l’objet de négociations depuis deux ans – sont nécessaires pour que l’Accord de Paris fonctionne de manière équitable et transparente pour tous.

L’objectif fixé est une adoption de ces directives lors de la conférence annuelle sur le changement climatique (COP24) qui se tiendra à Katowice, en Pologne, en décembre prochain.

« À Bangkok, les progrès ont été inégaux en ce qui concerne les éléments du régime de lutte contre le changement climatique que les pays s’efforcent de mettre en œuvre », a déclaré Patricia Espinosa, la Secrétaire exécutive de l’ONU sur le changement climatique à la clôture des pourparlers qui se sont tenues depuis une semaine dans la capitale thaïlandaise. « Cela souligne le besoin urgent de poursuivre le travail dans les semaines à venir », a-t-elle souligné alors que la COP 24 ouvre ses portes dans moins de trois mois.

Continuer la lecture

Myanmar : l’ONU prête à se rendre dans l’État de Rakhine pour évaluer la situation dans les villages

Photo K M Asad/ONU
Des réfugiés rohingyas dans un camp à Cox’s Bazar, au Bangladesh.

07 Septembre  2018- Trois mois après la signature d’un protocole d’accord entre l’ONU et les autorités du Myanmar, le HCR et le PNUD se sont déclarés prêts à se rendre dans ce pays pour effectuer des évaluations initiales dans plusieurs villages de l’Etat de Rakhine.

Depuis août 2017, plus de 700.000 Rohingyas ont fui les violences dans l’Etat de Rakhine pour trouver refuge au Bangladesh voisin.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) sont disposés, une fois les autorisations reçues de la part du Myanmar, à évaluer la situation dans 23 villages (dans le cadre de 13 communautés de villages) et 3 communautés de villages supplémentaires.

« Ces évaluations constitueraient une première étape – avec l’espoir que l’accès sera ensuite étendu pour permettre des évaluations globales à plus grande échelle qui continuent d’être nécessaires », a déclaré Babar Baloch, porte-parole du HCR lors d’un point de presse vendredi à Genève.

Des discussions sont également en cours entre l’ONU et les autorités du Myanmar sur les modalités d’un « accès effectif » à toutes les zones de l’Etat de Rakhine couvertes par le mémorandum d’accord, à savoir les trois municipalités de Maungdaw, Buthidaung et Rathedaung.

Continuer la lecture