Cadre de Coopération Stratégique

Signature du Cadre de Coopération stratégiqueAlger – Le Système des Nations Unies et le Ministère des Affaires Etrangères de la République Algérienne Démocratique et Populaire ont procédé, mercredi 20 juillet 2011, à Alger, en présence des représentants des institutions nationales, de la société civile , des agences onusiennes et du corps diplomatique , à la signature du Plan – Cadre de Coopération Stratégique entre les deux parties pour la période 2012-2014 .Ce Plan – Cadre traduit l’engagement du Système des Nations Unies (SNU) d’appuyer les choix stratégiques et les priorités nationales telles qu’elles sont définies dans le Plan Quinquennal 2010-2014.

Le Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement (PNUAD ou UNDAF) comme cadre de programmation stratégique , décrit la réponse collective des agences du Système des Nations Unies (SNU) aux priorités de développements , telles quelles sont définies dans le Plan quinquennal en cours (2010-2014).Tout en se conformant aux directives du Groupe des Nations Unies pour le Développement (GNUD, janviers 2010), et en accord avec les autorités algériennes , l’option choisie pour son élaboration consiste à compléter l’analyse menée dans le procédant  UNDAF (2005) en lieu et place d’un nouveau Bilan Cadre (CCA).  Le Plan  tient compte des priorités définies par le Gouvernement algérien pour le Plan  quinquennal (2010-2014), des perspectives présentées dans la déclaration de politique générale du Premier Ministre du 21 octobre 2010 et des réformes annoncées par le Président de la République le 15 avril 2011 et adoptées par le Conseil des Ministres le 2 mai 2011. Il s’inspire également des enseignements tirés de la revue à mi-parcours du Plan-cadre des Nations Unies pour la coopération au développement en Algérie (2007-2011) , et les différentes revues à mis parcours des agences et programmes onusiens.

Le processus d’élaboration (Octobre 2010-Juillet 2011), dans une démarche participative , a impliqué les Agences du Système des Nations Unies , les partenaires du Gouvernement , la Société Civile et certains Partenaires internationaux (bailleurs de fonds). Lors d’une retraite une première réflexion sur les priorités   , suivie par des travaux des groupes thématiques a abouti à la hiérarchisation des défis et à la détermination des principaux résultats à atteindre à la fin du prochain cadre de coopération

Ce document , après un rappel des principaux éléments caractérisant les cinq domaines couverts par l’analyse de situation (Gouvernance et Droits Humains , Développement Economique et Sociale, Développement Humain , Environnement et Questions Humanitaires ), situe les avantages comparatifs  du SNU , dont , notamment , son expérience acquise et reconnue dans les domaines des Droits Humains , du Développement Durable  , de Paix , de Sécurité et de Protection. L’analyse des priorités nationales associées aux avantages comparatifs du SNU a conduit à concentrer les efforts du  Cadre de Coopération dans un schéma conceptuel bâti sur Trois piliers(03 ) , Cinq  (05)effets stratégiques et Cinquante Cinq (55) effets intermédiaires sont associés à ces 3 piliers d’interventions .

En matière de Gouvernance et de Droits Humains, les priorités retenues concernent le renforcement de la protection  des Droits, de l’exercice des libertés et de la lutte contre la corruption, l’amélioration des performances de l’administration publique,   la promotion de la participation des citoyens dans la vie publique, et l’instauration d’une meilleure gouvernance économique.

Concernant le Développement Durable , les priorités portent sur la santé (contrôle des maladies non transmissibles , promotion de la santé reproductive et du planning familiale , réduction de la mortalité  maternelle et infantile , protection des personnes âgées ,modernisation du système d’informations statistiques sanitaires , prévention de la transmission mère /enfant , amélioration à l’accès des personnes vulnérables et à risque à la prévention , aux traitements et aux soins liés au VIH/sida), le genre (promotion de la participation et de l’autonomisation des femmes et réduction des inégalités /discriminations de genre), la protection sociale et judiciaire de l’enfant (mise en place d’un système intégré ), l’handicap (accès aux services sociaux ordinaires), l’éducation et l’alphabétisation (amélioration de la qualité et réduction de l’inégalité d’accès).Au plan économique , les priorités concernent la diversification de l’économie , la réduction de la dépendance alimentaire , l’équité et la lutte contre la pauvreté et l’exclusion , la participation active de la jeunesse au développement , la promotion et l’extension du travail décent , le renforcement de la contribution  de la diaspora algérienne à l’étranger , l’équité dans l’accès à la pratique culturelle. Elles sont aussi relatives à l’amélioration de la prévention et de la gestion des risques majeurs et catastrophes naturelles, à l’atténuation de la vulnérabilité environnementale.la dernière priorité retenue se rapporte à la question humanitaire (réfugiés sahraouis, autres réfugiés et demandeurs d’asile).

Les conditions de mise en œuvre et les modalités de suivi /évaluation sont précisées à la fin du Plan Cadre de Partenariat Stratégique .En annexes sont portées les matrices des priorités et des effets.