Archives de catégorie : #UNSG_António_Guterres

L’ONU condamne une attaque avec un camion qui a renversé des passants à Stockholm

7 avril 2017 – Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné « la violente attaque » perpétrée vendredi par un homme à bord d’un camion qui a renversé des passants dans le centre de Stockholm, en Suède.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Photo: ONU/Manuel Elias (archive

« Nous condamnons aujourd’hui la violente attaque à Stockholm. Notre sympathie va aux familles des victimes et à toutes les personnes affectées », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

M. Guterres a souhaité un prompt rétablissement aux blessés. « L’ONU est solidaire du peuple et du gouvernement suédois », a dit son porte-parole.

« Nous souhaitons que les responsables de l’attaque soient rapidement traduits en justice », a-t-il ajouté.

Selon la presse, un homme à bord d’un camion volé a foncé sur une foule de passants dans la capitale suédoise, faisant au moins quatre morts et plusieurs blessés. Le Premier ministre suédois, Stefan Lofven a qualifié cette attaque d’attaque terroriste.

Les besoins humanitaires n’ont jamais été aussi importants en Syrie, affirme le chef de l’ONU

 

5 avril 2017 – S’exprimant lors d’une Conférence internationale sur la Syrie à Bruxelles, en Belgique, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a demandé mercredi à la communauté internationale d’accroître son assistance aux victimes du conflit dans ce pays, ainsi qu’aux pays voisins qui accueillent des millions de réfugiés.

Le Secrétaire général António Guterres à la Conférence de Bruxelles sur la Syrie. Photo ONU/Christophe Verhellen

« Aujourd’hui, alors que les lignes de front bougent, on peut penser que la situation s’est améliorée. Ceci est complètement faux. Les mois récents ont été parmi les pires. Des centaines de civils ont été tués et blessés alors que les combats se poursuivent », a déclaré M. Guterres à cette ‘Conférence sur le soutien à l’avenir de la Syrie et de la région’.

« La nécessité d’une assistance humanitaire et de la protection des civils syriens n’a jamais été aussi grande », a ajouté le chef de l’ONU. « Les agences de l’ONU et nos partenaires sont déterminés à atteindre toutes les personnes dans le besoin, par tous les moyens possibles ».

Selon lui, la Conférence de Bruxelles « doit représenter un moment de vérité ». « En Syrie, quatre personnes sur cinq vivent dans la pauvreté; la moitié dans l’extrême pauvreté, incapable de répondre à ses besoins alimentaires de base. Une école sur trois est hors d’usage, empêchant 1,75 million d’enfants d’obtenir une éducation. Il y a des enfants syriens âgés de dix ans qui n’ont jamais été à l’école », a-t-il souligné.

Continuer la lecture

الأمين العام: الأحداث المروعة التي وقعت في إدلب تظهر أن جرائم الحرب لا تزال مستمرة في سوريا

قال الأمين العام للأمم المتحدة أنطونيو غوتيريش إن الأحداث المروعة التي وقعت يوم أمس (في بلدة خان شيخون في جنوبي إدلب) تظهر أن جرائم الحرب مستمرة في سوريا، وأن القانون الإنساني الدولي لا يزال ينتهك بشكل مستمر.

جاء ذلك في المؤتمر الصحفي الذي عقد عند وصول الأمين العام إلى بروكسل للمشاركة في مؤتمر دولي من أجل دعم مستقبل سوريا والمنطقة
وأشار الأمين العام إلى أن مجلس الأمن سيجتمع اليوم بشأن سوريا، معربا عن ثقته بأن المجلس سيفي بمسؤولياته فيما يتعلق بالجرائم التي ارتكبت. وأضاف:

« في الوقت نفسه، فإن تلك الأحداث تؤكد مدى أهمية هذه الاجتماعات، ومدى أهمية وحدة المجتمع الدولي لكي يتمكن من الضغط على أطراف النزاع وعلى الدول التي لها نفوذ على أطراف النزاع لأن تضع خلافاتها جانبا وأن تتفهم أن هناك حاجة أساسية لوضع حد لهذه الحرب المروعة، والعمل على التأكد في اجتماع أستانه من أن هناك وقفا حقيقيا لإطلاق النار يجري تنفيذه ورصده، والتأكد في جنيف من أن محادثات السلام لها مضمون والمضي قدما من أجل التوصل إلى حل سياسي. وفي الوقت نفسه، لا ننسى ضرورة أن يضطلع المجتمع الدولي بمسؤولياته »

L’ONU regrette la décision des Etats-Unis de cesser le financement de l’UNFPA

4 avril 2017 – Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a indiqué regretter profondément la décision des États-Unis de cesser le soutien financier au Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) qui pourrait avoir des effets dévastateurs sur la santé des femmes et des filles vulnérables et de leurs familles à travers le monde.« (Le Secrétaire général) estime que la décision repose sur une perception inexacte de la nature et de l’importance du travail de l’UNFPA », a indiqué son porte-parole dans une déclaration à la presse diffusé mardi.« En tant que Haut-Commissaire pour les réfugiés pendant plus de dix ans, le Secrétaire général a vu de première main le caractère vital des activités de l’UNFPA », a poursuivi son porte-parole. « Il appelle les donateurs à accroître leur soutien à l’UNFPA pour lui permettre de poursuivre son travail critique pendant cette période difficile », a-t-il ajouté.

Un centre de santé soutenu par le FNUAP à 400 kilomètres au sud-ouest de Kampala, la capitale de l’Ouganda, comprend un quartier où les femmes à la fin de leur grossesse peuvent rester confortablement et éviter les voyages pénibles une fois que l’accouchement commence. Photo: FNUAP / Omar Gharzeddine

Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a également dit regretter la décision du gouvernement américain de refuser tout financement futur pour ses activités vitales dans le monde entier.

« Cette décision repose sur l’affirmation erronée selon laquelle l’UNFPA « soutient ou participe à la gestion d’un programme d’avortement coercitif ou de stérilisation involontaire » en Chine », a déclaré le Fonds dans un communiqué de presse publié mardi.

L’UNFPA a réfuté cette affirmation, « car tout son travail favorise les droits de l’homme des individus et des couples à prendre leurs propres décisions, sans contrainte ni discrimination ». L’agence onusienne rappelle que les États membres des Nations Unies ont longtemps décrit son travail en Chine comme une force pour le bien.

Continuer la lecture

الأمين العام يؤكد مجددا أن استخدام الأسلحة الكيميائية يشكل انتهاكا خطيرا للقانون الدولي

أعرب الأمين العام عن شعوره بانزعاج بالغ إزاء التقارير التي أفادت بمزاعم استخدام الأسلحة الكيميائية في غارة جوية على خان شيخون جنوب إدلب، سوريا.

وقال بيان للمتحدث باسم الأمين العام إن الأمم المتحدة ليست في وضع يسمح لها في الوقت الحالي بالتحقق من هذه التقارير بصورة مستقلة. وأشار

الأمين العام أنطونيو غوتيريش. المصدر الأمم المتحدة / مانويل الياس (من الأرشيف)

إلى شروع بعثة تقصي الحقائق التابعة لمنظمة حظر الأسلحة الكيميائية في جمع المعلومات في محاولة للتحقق مما إذا كان قد تم استخدام الأسلحة الكيميائية.

وأشار الأمين العام إلى أن مجلس الأمن سبق أن قرر أن استخدام الأسلحة الكيميائية في أي مكان يشكل تهديدا للسلم والأمن الدوليين، مؤكدا أن استخدام الأسلحة الكيميائية يشكل انتهاكا خطيرا للقانون الدولي.

وأعرب الأمين العام عن تعازيه الحارة لضحايا الحادث وأسرهم.

Au Sommet de la Ligue des Etats arabes, António Guterres appelle à surmonter les divisions par le dialogue

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, au Sommet de la Ligue des Etats arabes, en Jordanie. Photo ONU Info

29 mars 2017 – Au Sommet de la Ligue des Etats arabes, en Jordanie, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a invité mercredi les dirigeants à surmonter les conflits, l’instabilité et les divisions qui frappent le monde arabe par le dialogue et la coopération.

« Je lance un appel à votre leadership pour façonner un nouveau monde arabe capable de résoudre, par lui-même, les différences par le dialogue et la coopération. Les divisions dans le monde arabe ont ouvert la voie aux interventions et aux manipulations étrangères, augmentant l’instabilité, les conflits interconfessionnels et le terrorisme », a dit M. Guterres dans un discours à ce sommet.

Continuer la lecture

Au Kenya, le chef de l’ONU participe à la célébration de la Journée des femmes

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, rencontre des jeunes femmes dans un bidonville de Mathare, à Nairobi, au Kenya. Photo ONU Habitat/Julius Mwelu

8 mars 2017 – En visite au Kenya, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a participé mercredi à Nairobi à la célébration par ce pays de la Journée internationale des femmes, plaidant pour la réalisation de l’égalité des sexes. « Dans notre monde, toutes les organisations des Nations Unies et la plupart des gouvernements, la plupart des institutions partout dans le monde, ont adopté l’égalité des sexes comme politique avec des programmes pour mettre en œuvre cette politique », a noté M. Guterres lors cette commémoration aux côtés de la Première Dame du Kenya.

« Mais nous sommes encore loin d’atteindre cet objectif. Et pourtant, bien des gens, même lorsqu’ils disent être favorables à l’égalité entre les sexes, ont beaucoup de difficultés à reconnaître les obstacles qui rendent difficile cette égalité entre les sexes et à s’engager fermement à éliminer ces obstacles », a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Message du Secrétaire général de l’ONU à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme

 

Les droits de la femme font partie intégrante des droits de l’homme. Mais en ces temps troublés, alors que le monde devient plus imprévisible et chaotique, les femmes et les filles voient leurs droits remis en question, limités ou réduits.

Le seul moyen de protéger les droits des femmes et des filles et de leur permettre de s’épanouir pleinement, c’est de les autonomiser.

Les déséquilibres qui caractérisent depuis toujours les relations de pouvoir entre hommes et femmes, encore aggravés par l’accroissement des inégalités au sein de la société et entre pays, exposent les femmes et les filles à davantage de discrimination. Dans le monde entier, les traditions, les valeurs culturelles et les religions sont utilisées comme des prétextes pour s’attaquer aux droits des femmes, institutionnaliser le sexisme et défendre des pratiques misogynes.

Continuer la lecture

Genève : « les droits de l’homme restent un engagement personnel », selon le chef de l’ONU

Le Secrétaire général de l’ONU a souligné lundi, devant le Conseil des droits de l’Homme que le Conseil devrait contribuer à éradiquer « la maladie du mépris des droits de l’homme », estimant qu’il pouvait jouer, à cet égard, un rôle crucial de prévention en détectant les signes avant-coureurs de possibles crises.  Le Chef de l’ONU Antonio Guterres  a déploré en outre « le phénomène pervers du populisme et l’extrémisme, qui se nourrissent l’un l’autre sur fond de déferlante raciste, xénophobe, antisémite et islamophobe, entre autres formes d’intolérance. »

Le Conseil des droits de l’homme à Genève. Photo ONU/Elma Okic

Le Conseil des droits de l’homme à Genève. Photo ONU/Elma Okic

Pour son premier discours devant le Conseil des droits de l’homme, Antonio Guterres a notamment souligné qu’il est à Genève pour « exprimer sa reconnaissance » mais qu’il est aussi ici « dans un contexte d’urgence ». « Le mépris des droits de l’homme est une maladie, une maladie qui se propage partout, au nord, au sud, à l’est, à l’ouest. Une maladie que le Conseil des droits de l’homme doit contribuer à éradiquer », fait-il remarquer. Une façon pour le Secrétaire général des Nations Unies de rappeler le « rôle crucial » que peut jouer le Conseil des droits de l’homme dans la prévention en « détectant les signes avant-coureurs de possibles crises ».

Continuer la lecture

Le chef de l’ONU estime qu’il ne faut pas tenir pour acquises la paix et la prospérité en Europe

21 février 2017 – A l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée aux conflits en Europe, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a estimé mardi qu’il ne fallait pas tenir pour acquises la paix et la prospérité dans cette région du monde qui a été à l’avant-garde de la prévention des conflits au cours des 70 dernières années.

« Les dirigeants européens ont établi un dispositif collectif de paix et de sécurité sophistiqué et se sont employés à promouvoir l’ensemble des droits de l’homme, aussi bien civils et politiques que sociaux, économiques et culturels. Beaucoup de sociétés européennes sont multiculturelles, multiconfessionnelles et multiethniques », a noté M. Guterres devant les membres du Conseil.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, (premier rang, à gauche) s’exprimant lors d’un débat du Conseil de sécurité sur le thème « Le maintien de la paix et de la sécurité internationales: les conflits en Europe ». Photo ONU / Rick Bajornas

« Cela étant, nous ne devrions pas tenir la paix et la prospérité en Europe pour acquises. La transition vers un monde multipolaire multiplie les incertitudes et les risques. Nous avons besoin d’institutions multilatérales et d’organisations régionales solides pour maintenir la paix et la stabilité alors que nous affrontons cette nouvelle réalité dangereuse », a-t-il ajouté. « À l’heure où de graves conflits perdurent en Europe, de nouveaux problèmes et menaces se font jour. Le populisme, le nationalisme, la xénophobie et l’extrémisme violent sont à la fois des causes et des répercussions des conflits ».

 

 

Continuer la lecture