La lutte contre le crime organisé nécessite une volonté politique renouvelée, selon l’ONU

Le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov (archives). Photo ONU/Manuel Elias

Le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov (archives). Photo ONU/Manuel Elias

19 juin 2017 – A l’occasion d’une réunion de l’ONU marquant le 25e anniversaire de l’assassinat d’un juge italien qui a consacré sa vie à la lutte contre la mafia, un haut responsable des Nations Unies a souligné lundi la nécessité pour la communauté internationale de renouveler son engagement à lutter contre les formes évolutives et émergentes du crime organisé.

« Les criminels exploitent les inégalités et les vulnérabilités, et profitent des lacunes dans le développement et l’application de la loi », a déclaré Yury Fedotov, le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), lors de cette réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York en souvenir de Giovanni Falcone, le juge italien tué par une bombe posée en bordure de route par la mafia en 1992.

« Mais il n’y a rien d’inévitable ou d’invincible s’agissant du crime organisé transnational. Nous devons impliquer toutes nos institutions si nous souhaitons vaincre les criminels et protéger les sans défense », a-t-il ajouté. La suite

L’UNICEF nomme la réfugiée syrienne Muzoon Almellehan Ambassadrice de bonne volonté

L’Ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, Muzoon Almellehan, saute à la corde avec des élèves d’une école dans un site de personnes déplacées dans la région du Lac, au Tchad. Photo UNICEF/Sokhin

L’Ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, Muzoon Almellehan, saute à la corde avec des élèves d’une école dans un site de personnes déplacées dans la région du Lac, au Tchad. Photo UNICEF/Sokhin

19 juin 2017 – Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a annoncé lundi la nomination de Muzoon Almellehan, une réfugiée syrienne âgée de 19 ans, Ambassadrice de bonne volonté de l’agence.

Cette nomination fait de la jeune femme la première personne ayant le statut officiel de réfugié à devenir Ambassadeur de l’UNICEF.

Muzoon Almellehan, qui a reçu un soutien de l’UNICEF lorsqu’elle vivait dans le camp de réfugiés de Za’atari en Jordanie, suit les traces d’Audrey Hepburn, une Ambassadrice de bonne volonté qui a également été soutenue par l’UNICEF alors qu’elle était enfant.

« Même pendant l’enfance, je savais que l’éducation était la clé de mon avenir, alors quand j’ai fui la Syrie, les seuls effets que j’ai emmenés avec moi étaient mes livres scolaires », a déclaré Muzoon Almellehan, citée dans un communiqué de presse de l’UNICEF.

« En tant que réfugiée, j’ai vu ce qui se passe lorsque les enfants sont forcés au mariage précoce ou à travailler. Ils perdent de leurs droits à l’éducation et perdent leurs chances d’avenir. C’est pourquoi je suis fière de travailler avec l’UNICEF pour aider à donner une voix à ces enfants et les envoyer à l’école ». La suite

Le nombre de personnes déracinées dans le monde atteint 65,6 millions, un nouveau record, selon le HCR

Des réfugiés sud-soudanais passent la nuit à Gimbi, en Éthiopie, en route vers le camp de Gure Shembola nouvellement construit. Photo HCR/Dina Diaz

Des réfugiés sud-soudanais passent la nuit à Gimbi, en Éthiopie, en route vers le camp de Gure Shembola nouvellement construit. Photo HCR/Dina Diaz

19 juin 2017 – Le nombre des personnes déracinées à travers le monde des suites de la guerre, de violences ou de persécutions a atteint, à la fin 2016, le chiffre le plus élevé jamais observé, soit 65,6 millions de personnes, selon un rapport publié lundi par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Cela représente 300.000 personnes de plus que l’année précédente, d’après ce rapport sur les Tendances mondiales, qui constitue le principal état des lieux de l’agence sur la situation internationale en matière de déplacement forcé.

Ce chiffre de 65,6 millions englobe trois composantes importantes, dont la première, le nombre de réfugiés. À 22,5 millions, il s’agit du nombre le plus important jamais observé. Le conflit en Syrie continue de générer le plus grand nombre de réfugiés dans le monde (5,5 millions). Cependant, en 2016, le Soudan du Sud a constitué le nouveau facteur prépondérant, car l’échec catastrophique des efforts de paix en juillet a engendré le départ de 739.900 personnes avant la fin de l’année. la suite

Plus de la moitié des jeunes enfants privés d’activités ludiques et d’apprentissage précoce avec leur père – UNICEF

Un physiothérapeute de Lira, en Ouganda, joue avec son fils âgé de 22 mois à l’extérieur de sa maison à Napak, dans l’est dun pays. Photo UNICEF/Ose

Un physiothérapeute de Lira, en Ouganda, joue avec son fils âgé de 22 mois à l’extérieur de sa maison à Napak, dans l’est dun pays. Photo UNICEF/Ose

16 juin 2017 – Les pères de plus de la moitié (55 %) des enfants âgés de 3 à 4 ans de 74 pays, soit environ 40 millions d’enfants, ne jouent pas ou ne participent pas à des activités éducatives avec eux, selon une nouvelle analyse du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) publiée à l’occasion de la Fête des Pères.

« Ce que nous montrent ces chiffres, ce sont des pères qui ont des difficultés à jouer un rôle actif au cours des premières années de leurs enfants », explique Laurence Chandy, Directrice des données, de la recherche et des politiques au sein de l’UNICEF. « Nous devons abattre les barrières qui empêchent les pères de fournir à leurs bébés et enfants en bas âge un environnement favorable à leur épanouissement, qui mêle amour, jeu, protection et nutrition. Nous devons nous assurer que tous les parents disposent du temps, des ressources et des connaissances nécessaires pour pleinement participer au développement précoce des enfants ». La suite

L’ONU appelle à prévenir la désertification pour bâtir un avenir durable

17 juin 2017 – A l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse qui est célébrée chaque année le 17 juin, des responsables des Nations Unies ont appelé samedi à agir à l’échelle mondiale afin de prévenir la désertification et bâtir un avenir durable. 

« En ce jour, nous devons prendre conscience que la désertification est un phénomène mondial qui constitue une menace pour tous les habitants de la planète, et nous devons commencer à agir à l’échelle mondiale afin de bâtir un avenir durable et stable pour tous », a déclaré la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, dans un message.

Cette année, le Secrétariat de la Convention des Nations Unies de la lutte contre la désertification appelle à mettre l’accent sur la viabilité des terres et des conditions de vie dans les communautés rurales pour les jeunes. La suite

Le manque d’argent menace l’assistance à 9 millions d’enfants en Syrie et dans les pays voisins, prévient l’UNICEF

16 juin 2017 – Les programmes soutenus par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et destinés à plus de 9 millions d’enfants en Syrie et dans les pays voisins sont sur le point d’être interrompus en raison d’un déficit critique de financement de 220 millions dollars.

« Il s’agit du déficit de financement le plus grave rencontré par l’UNICEF depuis que nous avons commencé à répondre à la crise en Syrie, une des plus grandes opérations humanitaires dans l’histoire de l’agence », a déclaré Geert Cappelaere, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

« Les besoins humanitaires continuent de croître de jour en jour en Syrie et dans les pays voisins, alors que la pression sur les communautés d’accueil généreuses met sérieusement en péril leur capacité à joindre les deux bouts », a-t-il ajouté.

Des camions de l’UNICEF attendent de remplir leurs réservoirs d’eau, à Damas, en Syrie. Photo UNICEF/UN048100/Al-Asadi

 

 

Dans sa septième année et sans fin en vue, la guerre en Syrie est devenue la plus grande crise humanitaire et de déplacement dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale.

En Syrie, près de 6 millions d’enfants ont besoin d’une assistance et plus de 2,5 millions vivent en tant que réfugiés au-delà des frontières de la Syrie. Les pays voisins, soutenant déjà un grand nombre de personnes vulnérables, ont reçu 80% des réfugiés de Syrie.

 

 

Continuer la lecture

Que pouvez-vous faire? Donner du sang. Donner maintenant. Donner souvent

Chaque année, le 14 juin, les pays du monde entier célèbrent la Journée mondiale du donneur de sang. Cette manifestation vise à montrer la nécessité de donner du sang et des produits sanguins sécurisés et à remercier les donneurs de sang du geste salvateur qu’ils font en donnant leur sang.

Affiche de la campagne de l'OMS pour la Journée mondiale du donneur de sang 2017 -

Le sang est une ressource précieuse, pour les traitements programmés comme pour les interventions urgentes. Il peut aider à prolonger la vie de patients souffrant de maladies mortelles et améliorer leur qualité de vie, et il est utilisé lors d’actes médicaux et chirurgicaux complexes. Le sang est également essentiel pour traiter les blessés dans les situations d’urgence de toutes sortes (catastrophes naturelles, accidents, conflits armés, etc.) et joue un rôle vital dans les soins maternels et périnatals. La suite

Consulter le site

Les sommes envoyées par les migrants chez eux ont fortement augmenté en dix ans, selon le FIDA

Des liasses de shillings somaliens dans un bureau de change à Mogadiscio, en Somalie. Des millions de Somaliens comptent sur l’argent envoyé par leurs proches et amis à l’étranger sous la forme de transferts de fonds pour survivre. Photo AU/ONU IST/Stuart Price

Des liasses de shillings somaliens dans un bureau de change à Mogadiscio, en Somalie. Des millions de Somaliens comptent sur l’argent envoyé par leurs proches et amis à l’étranger sous la forme de transferts de fonds pour survivre. Photo AU/ONU IST/Stuart Price

14 juin 2017 – Le montant des sommes que les migrants envoient à leurs familles dans les pays en développement a augmenté de 51% au cours des dix dernières années, chiffre bien supérieur à la hausse de 28% des migrations en provenance de ces pays, d’après un nouveau rapport publié mercredi par le Fonds international de développement agricole (FIDA).

Ce rapport intitulé « Travailleurs migrants et transferts d’argent : vers la réalisation des Objectifs de développement durable, une famille à la fois » est la toute première étude d’une tendance sur dix ans des flux de migration et de transferts d’argent enregistrés au cours de la période 2007-2016.

Bien que le rapport montre un certain nombre de hausses dans les modes de transfert vers la quasi-totalité des régions du monde, la nette augmentation observée au cours de la dernière décennie est due en grande partie à l’Asie, qui a connu une progression de 87% du volume des transferts d’argent. La suite

Une réunion à l’ONU discute de la mise en oeuvre complète de la Convention sur les droits des personnes handicapées

Des participants à la cinquième Conférence des États parties à la Convention relative aux droits des personnes handicapées, en 2012 à New York (archives). Photo ONU/Evan Schneider

Des participants à la cinquième Conférence des États parties à la Convention relative aux droits des personnes handicapées, en 2012 à New York (archives). Photo ONU/Evan Schneider

14 juin 2017 – L’ONU a accueilli mardi une réunion intergouvernementale rassemblant un large éventail de parties prenantes avec pour objectif d’assurer la mise en œuvre intégrale d’un traité historique sur les droits des personnes handicapées.

La Convention sur les droits des personnes handicapées « est l’un des traités les plus progressistes en matière de droits de l’homme », a déclaré Georgi Panayotov, le Représentant permanent de la Bulgarie auprès de l’ONU et le président de la dixième session de la Conférence des États parties à la Convention, lors d’une conférence de presse au siège de l’ONU à New York.

« C’est le début de la deuxième décennie de la Convention. Au cours de la première décennie, elle a vu une ratification presque universelle [et maintenant] nous devons parvenir à une ratification universelle », a déclaré pour sa part Theresia Degener, présidente du Comité des droits des personnes handicapées, un groupe d’experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies qui surveillent la mise en œuvre de la Convention par les États parties. La suite

Le chef des droits de l’homme de l’ONU préoccupé par l’impact de la crise diplomatique concernant le Qatar

14 juin 2017 – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, s’est dit mercredi inquiet du possible impact négatif sur les droits humains de nombreuses personnes à la suite de la décision prise par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Egypte et Bahreïn de rompre leurs liens diplomatiques et économiques avec le Qatar.

Vue de Doha, au Qatar (archives). Photo ONU/Milton Grant

Vue de Doha, au Qatar (archives). Photo ONU/Milton Grant

Selon le Haut-Commissaire, les mesures adoptées sont très larges et ont le potentiel de perturber gravement la vie de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, tout simplement parce qu’ils appartiennent à l’une des nationalités impliquées dans ce conflit.

« L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont émis des directives pour répondre aux besoins humanitaires des familles à la double nationalité, mais il semble que ces mesures ne soient pas suffisamment efficaces pour répondre à tous les cas », a souligné M. Zeid dans un communiqué de presse.

Selon des informations reçues par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH), des individus ont déjà reçu l’ordre de quitter le pays dans lequel ils résident ou ont reçu l’ordre de rentrer chez eux par leur propre gouvernement. Parmi ceux susceptibles d’être gravement touchés sont les couples dans des mariages mixtes et leurs enfants, les personnes ayant un emploi ou des entreprises basées dans des États autres que celui de leur nationalité, et les étudiants qui étudient dans un autre pays. La suite