L’OMS et le PAM unissent leurs forces pour parvenir à zéro cas d’Ebola

Des écoliers en Guinée en janvier 2015. Photo : MINUAUCE/Martine Perret

11 mars 2015 – L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies ont annoncé mercredi qu’ils allaient unir leurs forces dans le cadre d’un nouveau partenariat dans les pays où sévit le virus Ebola, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone.

Ce dispositif associe la puissance logistique du PAM à l’expertise de l’OMS en santé publique pour aider à ramener à zéro le nombre des cas d’Ebola dans la flambée qui sévit actuellement en Afrique de l’Ouest. Il établit aussi une infrastructure d’alerte et de riposte pour de futures crises.

« Ce partenariat renforce les capacités des deux institutions pour aller vers toutes les personnes affectées par le virus Ebola, les suivre et répondre à leurs besoins », déclare la Directrice-générale de l’OMS, Dr. Margaret Chan. « Il nous aide à déployer et à maintenir les équipes techniques expertes dans la prévention de l’infection, la lutte, l’épidémiologie et la recherche des contacts, permettant aux agents de santé qui s’occupent de cette maladie sur le terrain de travailler au mieux. Il est également une occasion d’apprentissage pour le futur en orientant nos capacités pour lancer des opérations conjointes aux cours de situations d’urgence de grande ampleur. »

« Au cours des sept derniers mois, les partenariats ont joué un rôle crucial pour lutter contre cette flambée dévastatrice. Le PAM a collaboré avec nos partenaires pour répondre aux besoins les plus fondamentaux des communautés, en veillant à ce que les denrées alimentaires soient distribuées partout où le virus a sévi. Notre appui logistique à l’OMS et à la communauté plus large de l’action humanitaire a permis aux populations touchées de recevoir l’aide dont elles avaient besoin », indique la Directrice exécutive du PAM, Ertharin Cousin. « Nous progressons, mais nous devons rester vigilants. La crise provoquée par Ebola ne prendra pas fin avant que nous n’ayons identifié et traité avec succès jusqu’au dernier cas. Reconnaissant ce but, le partenariat OMS-PAM, une force conjointe technique et opérationnelle, continuera à apporter l’aide requise pour parvenir à zéro cas. »

Appliquant un modèle d’opérations conjointes, les deux institutions ont décidé d’associer leur expertise dans 60 districts et préfectures prioritaires sur le terrain en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, les trois pays les plus touchés par Ebola.

Aujourd’hui, davantage d’employés de l’OMS travaillent au niveau communautaire contre Ebola en Afrique de l’Ouest qu’à n’importe quel autre moment de l’épidémie. Plus de 700 personnes sont actuellement déployées dans les pays touchés. Dans les districts où la transmission du virus se poursuit, le PAM veille à ce que les agents de l’OMS traquant la maladie aient les ressources nécessaires – matériel informatique, téléphones et connexions stables à Internet – pour échanger des informations cruciales pour suivre le virus et le juguler.

Le PAM gère également la flotte de véhicules robustes transportant les anthropologues et les épidémiologistes de l’OMS jusque dans les villages isolées où ils vont continuer de gagner la confiance des communautés pour dépister et suivre les contacts des cas d’Ebola jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

Autres dépêches sur la question

Un essai clinique pour tester l’efficacité d’un vaccin contre Ebola prêt à commencer en Guinée, selon l’OMS

L’OMS et le PAM unissent leurs forces pour parvenir à zéro cas d’Ébola (Radio des Nations Unies)