Iraq : le nombre de gens ayant besoin d’assistance a été multiplié par sept en moins d’un an, selon l’ONU

Des Iraquiens déplacés dans le Gouvernorat d’Anbar. Photo : ONU Iraq

14 mai 2015 – A l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à l’Iraq, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a rappelé jeudi que la situation humanitaire dans le pays restait très inquiétante alors que le nombre de gens ayant besoin d’assistance a été multiplié par sept en à peine un an.

« Ce nombre devrait encore augmenter d’ici la fin de l’année, alors que le conflit continue et que la crainte de représailles pour motifs confessionnels se propage dans de nouveaux endroits », a prévenu Mme Amos dans un exposé devant les membres du Conseil.

Le nombre d’Iraquiens ayant besoin d’une assistance humanitaire est désormais supérieur à 8,2 millions de personnes, soit une augmentation de 3 millions en cinq mois.

« Nous devons faire plus pour protéger les civils iraquiens des niveaux croissants de violence. Nous devons nous efforcer d’élargir l’assistance fournie aux personnes affectées à toutes les régions du pays », a souligné Mme Amos, qui a appelé à un effort collectif.

La Secrétaire générale adjointe a toutefois rappelé que l’assistance humanitaire à elle seule ne suffira pas à résoudre la crise politique en Iraq.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Iraq, Jan Kubis, a souligné pour sa part que malgré les progrès réalisés par les forces de sécurité iraquiennes et leurs partenaires pour libérer des territoires de l’emprise de l’Etat islamique d’Iraq et du Levant (EIIL), ce groupe terroriste « est loin d’être vaincu et les gains réalisés par le gouvernement semblent parfois fragiles ».

« La capacité à libérer une ville, un territoire, ne signifie pas nécessairement une capacité à les garder », a souligné M. Kubis.

Selon lui, pour que les gains militaires réalisés soient durables, le gouvernement iraquien doit aussi « restaurer la confiance des communautés désaffectées concernant leur participation à la gestion de leurs propres affaires et la capacité de l’Etat à assurer leur protection, à rendre la justice et à créer les conditions pour leur juste participation dans la société ».

Le Représentant spécial a exhorté les membres du Conseil et l’ensemble de la communauté internationale à soutenir les efforts du gouvernement iraquien et fournir une aide financière.

Il a estimé que les efforts de réconciliation nationale étaient indispensables pour surmonter les défis auxquels l’Iraq est confrontée et a jugé nécessaire que le gouvernement et les forces politiques fassent davantage d’efforts « pour adopter une législation aidant ces efforts de réconciliation ». Il a précisé qu’un projet de loi d’amnistie était entre les mains du Premier ministre, que le Parlement finalisait une législation pour restaurer une représentation équilibrée des institutions d’Iraq, et que la loi sur la garde nationale était actuellement en discussion.

« J’appelle les dirigeants politiques iraquiens à travailler ensemble pour trouver un consensus, le gouvernement et le Parlement ayant besoin de prendre les mesures nécessaires pour accélérer l’adoption et l’application de ces lois », a-t-il ajouté.

 


Autres dépêches sur la question

Iraq : l’UNESCO condamne les destructions du site archéologique assyrien de Nimrud

Iraq : L’ONU appelle à rétablir la confiance entre les communautés pour mieux vaincre l’État islamique

La Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et le Chef de la MANUI appellent la communauté internationale à maintenir son appui à l’Iraq