Covid-19 : durant la pandémie, mères et sages-femmes risquent leur vie pour que des enfants voient le jour

A l’occasion de la Journée internationale des sages-femmes, l’ONU appelle les gouvernements et ses partenaires à prendre toutes les mesures pour assurer la sécurité et la santé de ces professionnelles de la santé qui fournissent des soins précieux aux femmes enceintes, aux mères et à leurs nouveau-nés.

A l’heure du coronavirus les femmes enceintes du monde entier sont tiraillées entre espoir et crainte. Selon l’UNFPA, l’agence de l’ONU pour la santé sexuelle et reproductive, rien ne prouve actuellement que les femmes enceintes soient plus à risque que le reste de la population d’être infectées par le Covid-19, ni que le virus augmente les risques de fausse couche.

Mais la pandémie a beaucoup limité les services de santé sexuelle et reproductive dans le monde et pourrait mettre les femmes en danger.

Dans de nombreuses régions, les ressources dédiées à la santé sont réorientées vers la réponse au coronavirus. Et de nombreuses femmes déclarent ne pas vouloir être suivies ou soignées dans des structures de santé, par peur d’être exposées au virus, ou bien disent rencontrer des obstacles aux soins à cause des mesures de confinement. Celles qui le peuvent, contactent désormais les professionnels de santé par téléphone ou Internet quand cela est possible. LA SUITE