Archives de l’auteur : UNIC Algiers

Les droits et la santé des réfugiés, des migrants et des apatrides doivent être protégés dans le cadre des efforts de lutte contre le Covid-19

Face à la crise que représente la propagation du Covid-19, nous sommes tous vulnérables. Le virus a montré qu’il ne fait aucune distinction entre les personnes – mais de nombreux réfugiés, déplacés internes, apatrides et migrants sont exposés à un risque accru.Une jeune réfugiée indigène warao du Venezuela se lave les mains, après une session éducative sur la prévention de la propagation du coronavirus et menée par le HCR ainsi qu'une ONG partenaire, Fraternidade, dans un centre d'hébergement à Boa Vista, dans le nord du Brésil.

Les trois quarts des réfugiés et de nombreux migrants à travers le monde se trouvent dans des régions en développement où les systèmes de santé sont souvent insuffisants et déjà surchargés. Beaucoup vivent dans des camps, des sites d’installation, des abris de fortune ou des centres d’accueil surpeuplés, où ils n’ont pas d’accès satisfaisant aux services de santé, à l’eau potable et à un système d’assainissement adéquat.

La situation des réfugiés et des migrants détenus dans des lieux de détention formels et informels, dans des conditions d’exiguïté et d’insalubrité, est particulièrement préoccupante. Compte tenu des conséquences mortelles qu’aurait une épidémie de Covid-19 dans ce contexte, ils devraient être libérés sans délai. Les migrants mineurs et leurs familles, ainsi que les personnes détenues sans base légale suffisante, devraient être immédiatement libérés. La suite

Dans les pays en développement, le Covid-19 va laisser des cicatrices très profondes, alerte le PNUD

Le coronavirus qui se propage dans le monde risque de frapper les pays en développement de manière disproportionnée, à mesure que se profilent crise sanitaire à court terme et crise économique et sociale dévastatrice dans les mois et les années à venir.

Dans les pays en développement, les pertes de revenus devraient dépasser les 220 milliards de dollars, estime le PNUD. « Avec 55% de la population mondiale n’ayant pas accès à la protection sociale, ces pertes auront une incidence sur toutes les sociétés, et des répercussions se feront sentir sur l’éducation, les droits de l’homme et, dans les cas les plus graves, la sécurité alimentaire et nutritionnelle de base », a prévenu l’agence onusienne dans un communiqué publié lundi. La suite

Portail sur le coronavirus et mises à jour

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l’Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici.Pour les nouvelles quotidiennes d’ONU Info, cliquez ici.

Covid-19 : l’OMS appelle les pays et les entreprises à augmenter la production d’équipements médicaux

Même si elle est devenue pour beaucoup une évidence, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus a tenu à rappeler la réalité du moment : « La pandémie de Covid-19 met à rude épreuve les systèmes de santé dans de nombreux pays ».

Alors que le monde compte près de 700.000 cas confirmés de coronavirus, le Directeur général de l’OMS a prévenu que la pression rapide et croissante qui pèse sur les agents et établissements de santé menace de saturer certains systèmes médicaux et de porter atteinte à leur fonctionnement efficace.

Mais disposer d’infrastructures et de personnel de santé en plus grand nombre n’est pas suffisant, a dit le Dr. Tedros. « Il est également essentiel que les pays disposent de fournitures de diagnostic, d’équipements de protection et d’autres fournitures médicales en quantité suffisante », a t-il souligné.

Le chef de l’agence onusienne a appelé tous les pays à travailler avec les entreprises pour augmenter la production des produits de santé essentiels, assurer leur libre circulation et leur distribution équitable, en fonction des besoins. Plus tôt dans la journée, le Dr. Tedros a discuté par visioconférence avec les ministres du commerce des pays du G20, sur les moyens de remédier à « la pénurie chronique d’équipements de protection individuelle et d’autres fournitures médicales essentielles ».

Face à la propagation du coronavirus, le chef de l’OMS a jugé essentiel de « garantir la libre circulation des produits de santé essentiels » pour sauver des vies et limiter les conséquences socio-économiques de la pandémie. Selon le Dr Tedros, une attention particulière devrait être accordée aux pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, notamment en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. La suite

Portail sur le coronavirus et mises à jour

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l’Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici.Pour les nouvelles quotidiennes d’ONU Info, cliquez ici.

Impact du Covid-19 : l’ONU demande 2.500 milliards de dollars pour les pays en développement

« Les retombées économiques du choc se poursuivent et sont de plus en plus difficiles à prévoir, mais il est clair que les choses vont s’aggraver pour les économies en développement avant de s’améliorer », a déclaré Mukhisa Kituyi, le Secrétaire général de la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED).

Pour faire face à « l’imminence d’un tsunami financier cette année », la CNUCED propose une stratégie en quatre volets pour traduire les expressions de solidarité internationale en actions concrètes.

Il s’agit d’abord d’un apport en liquidités à hauteur de 1.000 milliards de dollars. « Une sorte de largage d’argent par hélicoptère pour ceux qui sont laissés pour compte » grâce à la réaffectation des droits de tirage spéciaux existants au Fonds monétaire international (FMI). L’agence onusienne préconise aussi l’ajout d’une nouvelle allocation qui devra aller bien au-delà de ce qui a été fait en 2009 en réponse à la crise financière mondiale. La suite

Lutte contre le coronavirus en Afrique : les opérations de paix de l’ONU montrent l’exemple

Plusieurs missions de paix des Nations Unies en Afrique ont pris des mesures pour limiter le risque de propagation du Covid-19 et se sont engagées dans des campagnes de prévention et de sensibilisation face à la menace du coronavirus.

« Je ne suis pas trop tweet », a confessé Mahamat Saleh Annadif, le chef de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA). Contrairement à ses homologues chefs d’opérations onusiennes en République démocratique du Congo (RDC) et en République centrafricaine (RCA), celui qui est Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali n’a pas de compte sur Twitter.

Mais samedi dernier, le Secrétaire permanent du G5 Sahel (Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) et ancien chef de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO), Maman Sidikou, a interpellé sur le réseau social le chef de la MINUSMA pour relever le défi du #SafeHandsChallenge – une campagne lancée sur les médias sociaux pour encourager les gens à se laver les mains afin de lutter contre le risque de propagation du coronavirus. Lire la suite

Portail sur le coronavirus et mises à jour

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l’Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici.Pour les nouvelles quotidiennes d’ONU Info, cliquez ici.

Le Covid-19 a fait plus de 16.000 morts, l’OMS recommande six actions clés

Ce mercredi, le Dr. Tedros a tenu a rappelé une évidence : le monde a déjà surmonté de nombreuses pandémies et crises par le passé. « Nous allons également surmonter celle-ci. La question est de savoir à quel prix ? », a déclaré le Directeur général de l’OMS lors d’une conférence de presse.

Plus de 16.000 décès liés au coronavirus avaient été recensés en date du 25 mars, soit trois mois après l’apparition du virus en Chine. « Nous savons que nous en perdrons plus », a concédé le Dr. Tedros, ajoutant que le nombre de victimes supplémentaires dépendra des « décisions et des mesures que nous prenons maintenant ».

Pour ralentir la propagation du Covid-19, de nombreux pays ont introduit des mesures sans précédent, avec un coût social et économique important : fermeture des écoles et des entreprises, annulation des événements sportifs, confinement et limitation voir interdiction des déplacements. La suite

L’ONU lance un appel de fonds de 2 milliards de dollars pour lutter contre le Covid-19 dans le monde

Selon le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, « le Covid-19 menace l’humanité tout entière – et c’est pourquoi l’humanité tout entière doit riposter ». Et « les réponses individuelles des pays ne suffiront pas », a-t-il ajouté, tout en insistant sur le fait que « c’est le moment d’agir pour les plus vulnérables ».

« Nous devons venir en aide aux personnes ultra-vulnérables – des millions et des millions de personnes qui sont les moins capables de se protéger. Il s’agit d’une question de solidarité humaine fondamentale. C’est également crucial pour combattre le virus », a plaidé le chef de l’ONU.

Le tableau de bord de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait état de 16.362 morts dus au nouveau coronavirus, dont plus de 10.190 en Europe. Le Covid-19 a contaminé plus de 375.500 personnes dans 195 pays et territoires, dont plus la moitié en Europe (195.742). Avec 6.800 morts et 63.927 cas, l’Italie est le pays le plus touché devant la Chine (3283), foyer initial de la contagion, et l’Espagne (2.182).

Selon l’ONU, le virus est présent dans le monde entier et atteint maintenant « des pays qui étaient déjà confrontés à une crise humanitaire en raison de conflits, de catastrophes naturelles et du changement climatique ». La suite

Face au Covid-19, ennemi implacable, le chef de l’ONU appelle à un cessez-le-feu mondial

Face à l’ennemi commun que constitue le Covid-19, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a lancé lundi un appel à un cessez-le-feu mondial. Selon lui, il faut à mettre un terme au fléau de la guerre et lutter contre cette pandémie qui ravage le monde.

« La furie avec laquelle s’abat le virus montre bien que se faire la guerre est une folie. C’est la raison pour laquelle j’appelle aujourd’hui à un cessez-le-feu immédiat, partout dans le monde », a déclaré M. Guterres lors d’un point de presse virtuel depuis New York.

« L’heure est venue de laisser les conflits armés derrière nous pour concentrer nos efforts sur le véritable combat de nos vies », a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Près de 25 millions d’emplois dans le monde pourraient être perdus à cause du COVID-19, selon l’OIT

La crise économique et de l’emploi créée par la pandémie du COVID-19 pourrait entraîner une hausse du chômage de près de 25 millions dans le monde, selon une nouvelle estimation de l’Organisation internationale du Travail (OIT) publiée mercredi.

Toutefois, en cas de réponse coordonnée au niveau international, comme lors de la crise financière mondiale de 2008-09, l’impact sur le chômage dans le monde pourrait être réduit de manière significative.

Selon le rapport préliminaire d’évaluation intitulé Covid-19 and the world of work: Impacts and response (Le COVID-19 et le monde du travail : impacts et réponses), il est indispensable de prendre des mesures urgentes, de grande envergure ainsi que des mesures coordonnées autour de trois piliers : la protection des travailleurs sur leur lieu de travail, la relance de l’économie et de l’emploi ainsi que le soutien aux emplois et aux revenus.

Ces mesures nécessitent l’élargissement de la protection sociale, un soutien en matière du maintien des emplois (comme par exemple le travail partiel, les congés payés ou d’autres aides) ainsi qu’un allégement fiscal et financier, y compris pour les microentreprises et les petites et moyennes entreprises. Lire la suite

L’OMS annonce le début des premiers essais d’un vaccin contre le Covid-19

Alors que la barre des 200.000 cas de Covid-19 a été franchie ce mercredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé mercredi que les premiers tests d’un vaccin contre le nouveau coronavirus ont déjà commencé.ONU/Elma Okic Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS s'exprime lors d'une conférence de presse à Genève (photo d'archives).

« Comme vous le savez, le premier essai de vaccin a commencé, 60 jours seulement après que la Chine a partagé la séquence génétique du virus », a déclaré Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, lors d’une conférence de presse à Genève.

Le chef de l’OMS qualifie cette étape de « réalisation incroyable », tout en ajoutant que l’agence onusienne et ses partenaires organisent présentement une étude dans de nombreux pays dans laquelle certains de ces traitements non testés sont comparés entre eux.

« De nombreux petits tests de différentes méthodes peuvent ne pas nous donner de preuves claires et rassurantes des traitements qui aident à sauver des vies. L’OMS et ses partenaires organisent de ce fait dans de nombreux pays une étude dans laquelle certains de ces traitements non testés sont comparés », a-t-il expliqué, non sans féliciter « les chercheurs du monde entier qui se sont réunis pour évaluer systématiquement les thérapies expérimentales ». Lire la suite