Archives de catégorie : #UNSG_António_Guterres

La coopération ONU-UA renforce le vent d’espoir qui souffle en Afrique, selon António Guterres

09 Février 2019 –  La coopération entre les Nations unies et l’Union africaine est un vecteur stratégique fondamental pour la paix et la sécurité et le développement, a déclaré samedi le Secrétaire général de l’ONU à Addis Abeba, en Éthiopie.

Saisie d’écran
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’adresse aux médias à Addis-Abeba, en Éthiopie, à l’issue d’une réunion avec le président de la Commission de l’Union africaine. 9 février 2019

« On voit, dans le domaine de résolution des conflits et dans le domaine de la prévention, que des progrès remarquables ont été réalisés » a précisé le chef de l’ONU.

Selon lui, ce vent d’espoir est à la fois lié aux initiatives conjointes de l’Union africaine (UA) et des Nations unies (ONU), et aux initiatives de chefs d’états et de gouvernements africains.

 

 

António Guterres s’est ainsi félicité du programme de l’UA pour éliminer les armes en 2020 et de la nouvelle impulsion de la diplomatie pour la paix de l’ONU.

« Nous nous sommes réunis très régulièrement et… je crois que les résultats commencent à démontrer que ce travail commence à produire des effets », a continué M. Guterres.

Le chef de l’ONU s’est félicité de l’accord historique conclu cette semaine, sous l’égide de l’UA avec l’appui de l’ONU, en République Centrafricaine, ainsi que de l’accord « finalement » signé par Salva Kiir et Riek Machar au Soudan du Sud.

Continuer la lecture

Le chef de l’ONU appelle à défendre les valeurs universelles et à s’attaquer aux causes de la colère

18 janvier 2019  -Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé vendredi à défendre les valeurs universelles et à s’attaquer aux causes profondes de la peur, de la méfiance et de la colère exprimées par beaucoup à travers le monde.


Photo ONU / Manuel Elias  -La Conférence de presse du Secrétaire général, António Guterres (à droite), avec son porte-parole, Stéphane Dujarric (à gauche), le 18 janvier 2019.

« Quand nous voyons les défis auxquels nous sommes confrontés – du changement climatique aux migrations, en passant par le terrorisme et les effets néfastes de la mondialisation – il n’y a pas de doute dans mon esprit que les défis mondiaux exigent des solutions globales. Aucun pays ne peut le faire seul. Aujourd’hui, nous avons plus que jamais besoin du multilatéralisme », a dit M. Guterres lors d’une conférence de presse au siège des Nations Unies à New York.

Il s’est dit persuadé que le simple fait d’en parler ne permettra pas au multilatéralisme d’être une réalité et qu’il ne sert à rien de tenir à l’écart ou de dénigrer ceux qui doutent du multilatéralisme.

« La vérité est que beaucoup de gens dans le monde ne sont pas convaincus de l’intérêt de la coopération internationale. Et nous devons comprendre pourquoi et agir en conséquence », a-t-il ajouté.

Un énorme déficit de confiance

Le Secrétaire général a noté « un énorme déficit de confiance » dans les gouvernements, les institutions politiques et dans les organisations internationales. « Le plus grand défi auquel les gouvernements et les institutions sont confrontés aujourd’hui est de montrer que nous sommes attachés à trouver des solutions qui répondent aux peurs et aux angoisses des gens », a-t-il déclaré.

Dans ce contexte, il estime que les Nations Unies doivent agir dans trois domaines.

« Premièrement, nous devons démontrer par des solutions concrètes que l’ONU défend les droits des personnes laissées pour compte et est connectée à leurs besoins, leurs aspirations et leurs problèmes quotidiens », a-t-il dit. « La clé est une mondialisation juste et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 constitue notre modèle pour cette mondialisation juste ».
Il a promis qu’il ferait passer ce message au Forum économique mondial de Davos auquel il participera la semaine prochaine en Suisse.

Continuer la lecture

Climat, développement durable et nouvelles technologies – le chef de l’ONU appelle à accélérer les efforts en 2019


Photo ONU/Eskinder Debebe  -Le Secrétaire général de l’ONU António Guterres lors d’une réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies.

16 janvier 2019-  Devant les Etats membres de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé mercredi à accélérer cette année les efforts pour lutter contre le changement climatique, mettre en œuvre un développement durable et utiliser au mieux les nouvelles technologies.

Il a tout d’abord rappelé les « acquis importants de l’année 2018 ». « Malgré des vents contraires (…), nous avons montré notre valeur ajoutée. Grâce à votre engagement, nous avons fait une réelle différence. Nous nous sommes concentrés sur les résultats, ce qui a permis à l’ONU d’être plus réactive et plus respectée », a-t-il dit dans un discours lors d’une réunion informelle de l’Assemblée générale au siège des Nations Unies à New York.

Le Secrétaire général a cité en particulier le cessez-le-feu négocié par l’ONU au Yémen « pour mettre fin à la pire des catastrophes humanitaires au monde » et l’accord de paix conclu au Soudan du Sud.

Il s’est aussi félicité qu’après des années d’efforts, la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Libéria ait conclu son travail, « consolidant les succès d’autres opérations des Nations Unies en Afrique de l’Ouest » et a noté que dans des contextes difficiles, notamment à Madagascar, au Mali, aux Maldives et au Libéria, « des élections importantes se sont déroulées avec succès, la plupart avec le soutien actif de l’ONU ».

« Nous espérons maintenant que le processus électoral en République démocratique du Congo se conclura sans violence et dans le plein respect de la volonté du peuple congolais et des règles juridiques et constitutionnelles du pays », a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Climat : les quatre points clés à retenir de l’intervention d’António Guterres à la COP24

03 Décembre  2018 – À l’ouverture de la Conférence de l’ONU sur le climat à Katowice (COP24), le Secrétaire général des Nations Unies a mis l’accent lundi sur quatre domaines clés de l’action climatique.

1. Davantage d’action et d’ambition

Le changement climatique est « déjà une question de vie ou de mort » pour de nombreuses personnes et pays du monde, a alerté António Guterres, soulignant que la science appelle l’humanité à agir plus rapidement.

Photo CCNUCC
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur le climat à Katowice, en Pologne.

Citant divers rapports alarmants des Nations Unies – dont un sur les émissions mondiales de CO2 en hausse et un autre sur les concentrations croissantes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère – le chef de l’ONU a appelé les pays à être attentifs à la science et à accélérer le rythme et les ambitions de leurs actions.

« Même si nous sommes témoins d’effets dévastateurs sur le climat, qui font des ravages dans le monde entier, nous ne faisons toujours pas assez, ni n’avançons assez vite pour prévenir un dérèglement climatique irréversible et catastrophique», a-t-il déclaré.

« L’année dernière, j’ai visité Barbuda et la Dominique, dévastées par des ouragans. Les destructions et les souffrances que j’ai vues étaient bouleversantes », a-t-il expliqué, soulignant que « ces urgences sont évitables ».

Continuer la lecture

Le multilatéralisme est plus que jamais nécessaire, affirme le chef de l’ONU au Forum de Paris sur la paix

UNESCO
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, au Forum de Paris sur la Paix, le 11 novembre 2018

11 Novembre 2018 – La crise économique, le repli sur soi et la montée des nationalismes, sont autant d’éléments  qui rappellent le début du XXème siècle et les années 30 laissant craindre un « engrenage imprévisible », a averti ce dimanche le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, en ouvrant le Forum de Paris sur la paix, qui se déroule en marge des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale.

« On constate aujourd’hui une polarisation de la vie politique et de la société elle-même, qui érode dangereusement les droits et libertés fondamentales, les principes démocratiques et l’Etat de droit », a déclaré António Guterres, prenant la parole après la chancelière allemande Angela Merkel.

Le multilatéralisme est menacé

Le chef de l’ONU a affirmé voir les signes réels de « l’affaiblissement de l’esprit de compromis propre aux démocraties » et « l’indifférence à l’égard des règles collectives », qui sont selon lui « les poisons du multilatéralisme ».

Il a ainsi évoqué la division du Conseil de sécurité face notamment au conflit syrien; les dynamiques de confrontations commerciales opposant le bilatéralisme au multilatéralisme commercial incarné par l’Organisation mondiale du commerce; et la crise de confiance que connait l’Union européenne.

Continuer la lecture

À Bali, le chef de l’ONU souligne l’importance de la coopération financière internationale pour le développement durable

Banque Mondiale/ Grant Ellis
Le Secrétaire général, António Guterres, prend la parole lors de la réunion du Comité du développement du FMI à Bali, en Indonésie.

13 Octobre 2018 – Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé samedi à augmenter les investissements, financer sur le long terme et à accroitre la stabilité globale, afin de surmonter les obstacles à une croissance mondiale inclusive, résiliente et durable.  « De nombreux pays limitent la marge de manœuvre budgétaire et suppriment des ressources indispensables aux Objectifs de développement durable (ODD) » , a affirmé samedi le chef des Nations Unies, s’adressant aux ministres des finances et aux gouverneurs des banques centrales au Comité monétaire et financier international (IMFC) du Fonds monétaire international (FMI) réunis à Bali, en Indonésie.

« Cela souligne l’importance de la coopération internationale et la pleine motivation et l’attrait du secteur privé pour jouer pleinement son rôle dans l’Agenda 2030 [pour le développement durable]  », a déclaré M. Guterres.

Continuer la lecture

الترويج للطاقة الشمسية والصرف الصحي الآمن، على رأس جدول أعمال الأمين العام في الهند

أكد الأمين العام للأمم المتحدة أنطونيو غوتيريش أن « الطاقة الشمسية قادرة على المنافسة مع الوقود الأحفوري، كونها أرخص منه في كثير من

UN in India/Vishal Singh
الأمين العام للأمم المتحدة أنطونيو غوتيريش (وسط) في اتفاقية المهاتما غاندي الدولية للصرف الصحي في 2 أكتوبر 2018. نيودلهي، الهند

الأحيان، على الرغم من الدعم الحكومي الضار الذي لا تزال أشكال الطاقة الملوثة تتلقاه في جميع أنحاء العالم »

وفي كلمته في افتتاح الاجتماع العام الأول للتحالف الدولي للطاقة الشمسية، قال الأمين العام إن هذه المبادرة « تمثل بالضبط ما يجب القيام به والمستقبل. » وأضاف أن « الطاقة الشمسية وسيلة قوية لتحقيق هدفنا المتمثل في الوصول الشامل إلى الطاقة الحديثة. وهي أداة لا غنى عنها لخفض الانبعاثات ومكافحة تغير المناخ. »

وحذر غوتيريش من خطر فقدان الفرصة لتجنب آثار تغير المناخ إذا لم يغير العالم من هذا المسار بحلول عام 2020

وتسعى المبادرة، التي تقودها الهند وفرنسا، إلى حشد تريليون دولار من أجل نشر ألف غيغاوات من الطاقة الشمسية بحلول عام 2030. وفي هذا الصدد، أثنى غوتيريش على حكومة الهند لوضع هدف للوصول إلى إنتاج 100 غيغاوات من الطاقة الشمسية بحلول عام 2022.

ونوه الأمين العام، وهو مهندس سابق من حيث التعليم، إلى أن العصر الحجري لم ينته لنقص الحجارة، وإنما مع العثور على تقنيات أفضل لحل مشاكلنا. وأعرب عن أمله في ألا ينتهي عصر الوقود الأحفوري بانتهاء الوقود الأحفوري

يأتي ذلك في إطار زيارة يقوم بها الأمين العام إلى الهند، حيث شهد الاحتفال باليوم الدولي للاعنف في الثاني من أكتوبر/تشرين الثاني. وهو تاريخ ميلاد المهاتما غاندي زعيم حركة استقلال الهند ورائد فلسفة واستراتيجية نبذ العنف

Continuer la lecture

Le chef de l’ONU appelle à rétablir la confiance alors que l’ordre mondial est de plus en plus chaotique

25 Septembre 2018 – A l’ouverture du débat général de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé mardi les Etats membres à rétablir la confiance dans un monde de plus en plus chaotique où les peuples ne se sentent pas en sécurité.

Photo ONU/Cia Pak
Le Secrétaire général de l’ONU António Guterres à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies.

« Notre monde souffre d’un grave syndrome, celui du déficit de confiance. Troublés, les peuples ne se sentent pas en sécurité. La confiance en est à un point de rupture : confiance dans les institutions nationales ; confiance entre États, ou confiance dans l’ordre mondial fondé sur des règles », a dit M. Guterres dans ce discours.

« Aujourd’hui, l’ordre mondial est de plus en plus chaotique. Les rapports de pouvoir sont moins clairs qu’auparavant. Les valeurs universelles sont érodées. Les principes démocratiques sont pris en otage. L´Etat de droit est compromis », a-t-il ajouté. « Nous sommes face à une série de paradoxes. Alors que le monde est plus interconnecté que jamais, les sociétés sont de plus en plus fragmentées. Les défis se mondialisent et les peuples se replient sur eux-mêmes. Le multilatéralisme est menacé au moment même où nous en avons le plus besoin ».

Continuer la lecture

غوتيريش يحذر: نحن بحاجة إلى التحول بسرعة بعيدا عن اعتمادنا على الوقود الأحفوري

حذر الأمين العام للأمم المتحدة أنطونيو غوتيريش من استمرار اعتماد العالم على الوقود الأحفوري، في ظل تنامي آثار تغير المناخ بشكل أسرع من جهود التصدي لها، قائلا « إننا بحاجة إلى كبح جماح انبعاثات غازات الدفيئة القاتلة ودفع العمل المناخي، والتحول بسرعة بعيدا عن اعتمادنا على الوقود الأحفوري. »

وفي خطاب بشأن تغير المناخ بالمقر الدائم في نيويورك، قبيل القمة العالمية للعمل المناخي في سان فرانسيسكو من 12 إلى 14 سبتمبر، أشار الأمين العام إلى أن العالم « يواجه تهديدا وجوديا مباشرا. وقال « إذا لم نغير المسار بحلول عام 2020، فإننا نخاطر بفقدان النقطة التي يمكننا من خلالها تجنب تغير المناخ الجامح، مع عواقب وخيمة على الناس وعلى جميع النظم الطبيعية. »

« يجب علينا كسر الجمود. لدينا أسباب أخلاقية ومالية للتصرف. لدينا الأدوات اللازمة لجعل أعمالنا فعالة. ما نفتقر إليه، حتى بعد اتفاقية باريس، هو القيادة والطموح للقيام بما هو مطلوب. يجب ألا يكون هناك شك في مدى إلحاح الأزمة. »

ووفقا للمنظمة العالمية للأرصاد الجوية، فإن العقدين الماضيين شملا 18 سنة من أحر الأعوام منذ بدء تسجيل درجات الحرارة في عام 1850. ومن المتوقع أن يصبح العالم الحالي رابع أحر الأعوام حرارة.

ما يجعل كل هذا أكثر إثارة للقلق هو أننا تم تحذيرنا. لقد أخبرنا العلماء منذ عقود، مرارا وتكرارا. إلّا أن الكثير من القادة رفضوا الاستماع.

وسمّى الأمين العام عددا من الكوارث الطبيعية التي شهدها العالم مؤخرا بسبب تغير المناخ، ومنها تزايد موجات الحر الشديد والحرائق والعواصف والفيضانات من الهند إلى البحر الكاريبي والولايات المتحدة. وقال:

« ما يجعل كل هذا أكثر إثارة للقلق هو أننا تم تحذيرنا. لقد أخبرنا العلماء منذ عقود، مرارا وتكرارا. إلّا أن الكثير من القادة رفضوا الاستماع. وتصرف عدد قليل جدا بما أوصى به العلم. إننا نرى النتائج، التي في بعض الحالات، تقترب من أسوأ السيناريوهات التي وضعها العلماء. »

Continuer la lecture