Le logement, une question « de vie ou de mort » face à la pandémie de Covid-19 (expert)

Alors que les gouvernements du monde entier comptent sur les gens pour rester chez eux afin d’empêcher la propagation du nouveau coronavirus, ils doivent prendre des mesures urgentes pour empêcher quiconque de devenir sans-abri et garantir l’accès à un logement convenable à ceux qui n’en ont pas, a déclaré une experte de l’ONU.

« Le logement est devenu la protection première contre le coronavirus. Le domicile a rarement autant été une question de vie ou de mort », a déclaré Leilani Farha, la Rapporteure spéciale des Nations Unies sur le droit à un logement convenable.

« Je suis profondément préoccupée par deux groupes de population spécifiques : ceux qui vivent dans des centres d’hébergement d’urgence, les sans-abri et les établissements informels, et ceux qui sont confrontés à une perte d’emploi et à des difficultés économiques qui pourraient entraîner des arriérés d’hypothèques et de loyers et des expulsions ». Lire la suite

l’Afrique doit s’activer maintenant pour éviter une transmission communautaire soutenue

Il ne faut pas attendre que l’épidémie arrive pour se préparer.

C’est le message qu’a lancé ce mercredi l’Organisation mondiale de la santé à l’intention des pays africains.

L’Afrique est encore peu touchée par l’épidémie de Covid-19, avec 446 cas confirmés, répartis dans 30 de ses 54 pays.

L’OMS souligne que le virus peut se transmettre dans des climats chaud et humides.

Selon le Directeur général adjoint de l’OMS en charge de la réponse aux urgences, Dr Ibrahima Socé Fall, l’Afrique doit éviter d’arriver au stade de la transmission communautaire.

Ecouter l’Interview du Dr Ibrahima Socé Fall, Directeur Adjoint de l’OMS en charge de la réponse aux urgences; propos recueillis paar Cristina Silveiro)

Comment parler à votre enfant de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19):8 conseils pour vous aider à rassurer et à protéger vos enfants

l y a de quoi se sentir dépassé(e) avec tout ce que l’on entend en ce moment sur la maladie à coronavirus 2019 (COVID-2019). Il est normal que cette anxiété touche aussi vos enfants. Il n’est pas toujours facile pour les plus jeunes de traiter les informations qu’ils voient sur Internet ou à la télévision – ou qu’ils entendent d’autres personnes –, si bien qu’ils peuvent être particulièrement vulnérables à l’anxiété, au stress et à la tristesse. Cependant, vous pouvez les aider à comprendre et à gérer la situation, et même à avoir une incidence positive sur les autres, en ayant une conversation ouverte et rassurante avec eux.

1.  Posez des questions ouvertes et écoutez.

Commencez par inviter votre enfant à parler du problème. Évaluez ses connaissances sur le virus en le laissant mener la conversation. S’il est particulièrement jeune et qu’il n’a pas entendu parler de l’épidémie, il n’est pas nécessaire de lui en parler – contentez-vous de lui rappeler les bonnes pratiques d’hygiène à chaque fois que vous en avez l’occasion sans pour autant l’effrayer.

Assurez-vous d’être dans un environnement sûr et laissez votre enfant parler librement. Pour vous aider à engager la conversation, vous pouvez vous servir d’activités comme le dessin ou lui raconter une histoire.

Surtout, ne minimisez pas ses inquiétudes et ne les ignorez pas. Montrez-lui que vous comprenez ce qu’il ressent et rassurez-le sur le fait qu’il est naturel d’être effrayé dans une telle situation. Montrez-lui que vous êtes à l’écoute en lui accordant toute votre attention et insistez sur le fait qu’il peut vous parler et parler à ses enseignants à tout moment. La suite

 

Maladie à coronavirus (COVID-19) : Ce que les parents doivent savoir – Comment vous protéger et protéger vos enfants.

La COVID-19 touche-t-elle les enfants ?

Il s’agit d’un nouveau virus si bien que nous manquons encore de données sur ses effets sur les enfants et les femmes enceintes. Nous savons que des personnes de tous les âges peuvent être infectées par le virus, mais, pour l’heure, relativement peu de cas de COVID-19 ont été signalés chez les enfants. Le virus n’est mortel que dans de rares cas et les décès enregistrés jusqu’à présent ont principalement concerné des personnes plus âgées qui avaient déjà des problèmes de santé.

Que faire si mon enfant présente des symptômes de la COVID-19 ?

Consultez un médecin, mais n’oubliez pas que c’est l’époque de la grippe dans l’hémisphère Nord et que les symptômes de la COVID-19, comme la toux ou la fièvre, sont comparables à ceux de la grippe ou d’un rhume banal, qui sont des maladies bien plus fréquentes.

Continuez d’observer de bonnes pratiques d’hygiène des mains et d’hygiène respiratoire, en vous lavant régulièrement les mains et en veillant à ce que votre enfant soit à jour dans ses vaccins de manière à le protéger contre les autres virus et bactéries responsables de maladies.

Comme dans le cas d’autres infections respiratoires telles que la grippe, consultez un médecin si vous ou votre enfant présentez des symptômes et essayez d’éviter les lieux publics (lieu de travail, école, transports publics) afin de ne pas transmettre le virus à d’autres personnes. Lire la suite de cet article 

Coronavirus : l’ONU continue de travailler pour les personnes qu’elle sert, souligne Guterres

Avec la propagation continue du coronavirus, l’ONU a intensifié les mesures pour protéger son personnel et tous ceux qui utilisent ses bureaux dans le monde, tout en veillant à ce que le travail critique de l’Organisation continue afin de s’acquitter de ses mandats clés et fournir un soutien vital à ceux qui en ont besoin.

Dans un courriel adressé au personnel des Nations Unies au début du week-end, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres a déclaré avec force que l’Organisation « continue de travailler », mais « notre travail se fera à partir de différents endroits, en utilisant différentes technologies ».

M. Guterres a souligné la nécessité de « réduire notre présence physique » au siège des Nations Unies, en mettant en œuvre un télétravail à temps plein, sauf pour ceux dont la présence physique est nécessaire dans un bureau de l’ONU pour effectuer le travail essentiel. Le télétravail qu’il a décidé sera réévalué après trois semaines.

Le chef de l’ONU a ajouté que le personnel onusien du siège à New York continuerait de fournir un appui essentiel aux autres principaux offices à Genève (Suisse), Nairobi (Kenya) et Vienne (Autriche), ainsi qu’aux missions sur le terrain, et à l’ensemble des processus intergouvernementaux qui devaient se poursuivre, tels que les travaux du Conseil de sécurité.

« Au cours des prochains jours et semaines, nous dépendrons plus que jamais du sens des responsabilités et du professionnalisme de chacun », a déclaré vendredi soir le chef de l’ONU. « J’ai la plus grande confiance dans l’engagement du personnel à se protéger réciproquement, tout en continuant à travailler pour les personnes que nous servons », a-t-il ajouté. Lire la suite

Message de l’OMS à tous les pays sur le coronavirus : Testez, testez, testez

Face à l’aggravation de la pandémie de coronavirus / Covid-19, le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé lundi à tous les pays dans le monde d’intensifier les tests de dépistage comme meilleur moyen de ralentir la progression de cette pandémie.

L’agence onusienne avertit que la pandémie de Covid-19 ne sera pas stoppée si l’on n’arrive pas à savoir qui est infecté par le virus. « Vous ne pouvez pas combattre un incendie les yeux bandés. Testez, testez, testez », a mis en garde le Dr. Tedros lors d’une conférence de presse à Genève.

Aux pays qui ne testent pas systématiquement tous les patients suspectés d’être infectés par le nouveau coronavirus, le message du chef de l’OMS se veut clair : « testez chaque cas suspect de COVID19. « Une fois de plus, le message clé est : testez, testez, testez. Il s’agit d’une maladie grave », a-t-il répété.

C’est la crise sanitaire mondiale la plus importante de notre époque – Dr Tedros

Pour l’OMS, la nouvelle doctrine est de tester chaque cas suspect. « S’ils sont positifs, isolez-les et découvrez avec qui ils ont été en contact étroit jusqu’à deux jours avant l’apparition des symptômes et testez également ces personnes », a-t-il ajouté. Lire la suite

Des millions de personnes en crise ont toujours besoin de l’aide de l’ONU en pleine pandémie de COVID-19

Plus de 100 millions de personnes dans le monde entier dépendent de l’aide vitale des agences des Nations Unies et continueront d’en avoir besoin alors que le COVID-19 poursuit sa propagation dans le monde, a déclaré mardi un porte-parole du Bureau de la coordination humanitaire des Nations Unies (BCAH).

« La pandémie de coronavirus est désormais présente dans plus de 140 pays. Certains de ces pays, sont déjà en crise humanitaire en raison de conflits, de catastrophes naturelles et du changement climatique, et abritent des millions de personnes qui ont déjà besoin de notre aide d’urgence », a déclaré Jens Laerke, porte-parole du BCAH lors d’une conférence de presse à Genève.

« La priorité absolue d’OCHA est de continuer à fournir une aide vitale à ces personnes », a souligné M. Laerke.

« Cela signifie qu’il faut continuer à mettre l’accent sur la coordination entre les différents groupes du système humanitaire afin que nous disposions des ressources dont ils ont besoin et maintenir des opérations humanitaires efficaces ne laissant personne derrière », a-t-il ajouté.

Dans ce dispositif, le BCAH indique travailler « en étroite collaboration » avec les États membres des Nations Unies et le secteur privé afin de garantir que le financement des équipements soit disponible pour lutter contre COVID-19 dans les pays les plus vulnérables du monde. La suite

Portail sur le coronavirus et mises à jour

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l’Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici.

Pour les nouvelles quotidiennes d’ONU Info, cliquez ici.

Coronavirus : près de 900 millions d’enfants et de jeunes affectés par la fermeture des écoles et universités

Le nombre d’enfants, de jeunes et d’adultes ne fréquentant plus les écoles ou les universités en raison de la pandémie de coronavirus COVID-19 s’envole, alors que les gouvernements de 113 pays ont annoncé ou mis en place des mesures de fermeture d’institutions éducatives afin de tenter de contenir cette pandémie, a indiqué l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Selon le suivi effectué par l’agence onusienne en date du 17 mars (voir carte), 102 pays ont fermé les établissements scolaires sur l’ensemble de leur territoire, affectant plus de 849,4 millions d’enfants et de jeunes. Onze pays ont procédé à des fermetures localisées.

Il y a à peine deux semaines, l’UNESCO enregistrait des fermetures d’écoles dans 13 pays, perturbant l’éducation de plus de 290 millions d’élèves dans le monde. Déjà, l’UNESCO estimait que ce chiffre était sans précédent.

L’agence onusienne avait annoncé qu’elle allait apporter un soutien immédiat aux pays, notamment en proposant des solutions pour un enseignement à distance inclusif. « Nous œuvrons avec les États pour assurer la continuité de l’apprentissage pour tous, en particulier pour les enfants et les jeunes défavorisés qui ont tendance à être les plus touchés par les fermetures d’écoles », avait déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay.

Lire la suite

Portail sur le coronavirus et mises à jour

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l’Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici.

Pour les nouvelles quotidiennes d’ONU Info, cliquez ici.

Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) : questions-réponses

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé mercredi que l’épidémie de coronavirus est désormais une pandémie. ONU Info vous présente cinq informations à savoir sur ce nouveau coronavirus également appelé Covid-19.

L’OMS a fait part de son inquiétude face aux niveaux alarmants de propagation et de gravité du nouveau coronavirus, mais aussi d’inaction. L’agence onusienne chargée des questions de santé mondiale s’attend à voir le nombre de cas, de décès et de pays touchés par le Covid-19 augmenter. ONU Info répond à cinq questions régulièrement soulevées sur le Covid-19.

1) Quelle est la différence entre une épidémie et une pandémie ?

Avant l’annonce faite mercredi par l’OMS, le coronavirus avait été qualifié par l’agence onusienne d’épidémie. Ceci signifie que la maladie s’est propagée à de nombreuses personnes et à de nombreuses communautés en même temps.

Qualifier de pandémie l’épidémie de coronavirus signifie que la maladie s’est officiellement propagée dans le monde entier.

2) Faut-il être maintenant plus inquiet au sujet du coronavirus ?

Qualifier l’épidémie de Covid-19 de pandémie ne signifie pas que le virus est devenu plus mortel, mais il s’agit simplement d’une reconnaissance de sa propagation à l’échelle mondiale. La suite

Le secteur privé lance un appel sans précédent pour enrayer la COVID-19‎

Dans le cadre d’un effort concerté pour combattre la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), la Chambre de commerce internationale (CCI) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sont convenus d’œuvrer en étroite collaboration pour que des informations fiables et à jour et des orientations adaptées soient communiquées à la communauté mondiale des entreprises.Résultat de recherche d'images pour "déclaration conjointe CCI–OMS: Le secteur privé lance un appel sans précédent pour enrayer la COVID-19‎"

La pandémie de COVID-19 est une urgence sanitaire et sociétale mondiale qui appelle une action immédiate efficace des gouvernements, des personnes et des entreprises. Toutes les entreprises ont un rôle déterminant à jouer pour réduire les risques de transmission et les conséquences pour la société. Une action rapide, audacieuse et efficace réduira les risques à court terme pour les employés et les coûts à long terme pour les entreprises et l’économie.

Pour contribuer à cet effort collectif, la CCI enverra régulièrement des conseils actualisés à son réseau de plus de 45 millions d’entreprises, afin que celles-ci, partout dans le monde, puissent prendre des décisions éclairées et efficaces pour protéger leurs travailleurs, les clients et les communautés locales et contribuer à la production et à la distribution des fournitures essentielles.

Lire le communiqué conjoint CCI-OMS